Entreprises : la France attire les investisseurs étrangers

Elisee Touchard
Juin 13, 2018

La 19e édition du Baromètre de l'attractivité de la France, publiée ce jour par le cabinet EY est plutôt encourageante. Sur l'ensemble de l'année 2017, les investisseurs étrangers ont annoncé vouloir installer ou étendre 1019 projets d'entreprises au sein de l'Hexagone, soit une augmentation de 31% par rapport à 2016. La France est désormais très proche de ses partenaires britannique (1 205 projets, +6%) et allemand (1 124 projets, +6%), qui occupent historiquement les deux premières marches du podium et avaient creusé l'écart avec la France au cours des dernières années.

Le redressement de l'attractivité de la France n'élude toutefois pas certains handicaps. La France devient par ailleurs le 2 pays d'accueil des investissements en provenance des Etats-Unis, derrière le Royaume-Uni (334) mais devant l'Allemagne (214).

Gaza: quatre Palestiniens tués par des soldats israéliens
Le souhait des Palestiniens d'obtenir une forme de protection internationale dans la bande de Ghaza n'a guère été précisé jusqu'à présent.

L'attractivité de la France se renforce. L'industrie confirme aussi sa bonne santé.

Pour la première fois depuis 2003, Paris devance Londres au classement des métropoles européennes les plus attractives.

Migrants de l'Aquarius : Un bras de fer géopolitique en haute mer
Après s'être félicité de l'issue de ce bras de fer entre l'Italie et Malte, qui refusait elle aussi d'ouvrir ses ports, M. Malte avait ravitaillé le navire en nourriture dans la nuit.

C'est le terme utilisé par EY pour caractériser l'amélioration de l'image de la France auprès des dirigeants et cadres dirigeants d'entreprises étrangères cette année. Le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France captent à eux trois 50% du total des projets.

Dans le détail, l'industrie reste le moteur de cette dynamique, avec 323 projets d'investissement, en hausse de 52% par rapport à 2016.

Transferts - Thomas Lemar bientôt à l'Atlético de Madrid ?
Les négociations contractuelles entre le club madrilène et le joueur sont imminentes. Les deux clubs ont confirmé ce mardi avoir trouvé un accord de principe.

La capacité d'innovation et de recherche est citée par 35% des dirigeants interrogés qui mettent aussi en avant la place de la France dans le projet européen (34%), le vivier de talents (30%) et le rayonnement touristique (30%). Une situation qui peut s'expliquer, selon le spécialiste, par le coût du travail dans l'Hexagone; 37 € de l'heure contre 26 Outre-Manche."On assiste à une sorte de division du travail avec des implantations de sites de production dans les pays d'accession (à l'Union européenne, Ndlr) et les activités à forte valeur ajoutée en Europe de l'ouest", ajoute le consultant pour qui le débat aujourd'hui concerne aussi l'harmonisation des politiques fiscales en Europe. Mais là encore, ces projets industriels sont porteurs de moins d'emplois (32 en moyenne) qu'au Royaume-Uni (53) ou en Pologne (139). Dans le domaine de la R&D, les 3 principaux pays font la course en tête (89 au Royaume-Uni, 81 en Allemagne, 78 en France). Résultat, la France affiche une progression remarquable (de 16 à 59 projets entre 2016 et 2017), et rattrape une partie de son retard.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL