Washington accuse le Canada de "trahison" après le fiasco du G7

Elisee Touchard
Juin 11, 2018

"En raison des fausses déclarations de Justin [Trudeau] à sa conférence de presse, et du fait que le Canada impose des taxes massives sur nos agriculteurs, travailleurs et entreprises américains, j'ai demandé à nos représentants américains de retirer le soutien au communiqué, tandis que nous envisageons des taxes douanières sur les automobiles qui inondent le marché américain!", a tweeté Donald Trump depuis l'avion qui l'emmène du Canada vers Singapour.

Les Etats-Unis ont accusé dimanche le Canada de "trahison" lors du sommet du G7 qui s'est terminé sur un fiasco après la volte-face du président américain Donald Trump contre ses alliés qu'il a menacés de droits de douanes alourdis. Le président américain n'avait pas supporté que M. Trudeau souligne à nouveau, en clôture du sommet, le caractère "insultant" des taxes imposées à son pays par les États-Unis et sa promesse d'instaurer de nouveaux droits de douane sur des produits américains. Le Premier ministre canadien avait réaffirmé à cette occasion que les taxes sur l'acier et l'aluminium étaient "insultantes", au regard de l'histoire entre les deux pays et avait confirmé des représailles pour juillet.

Après des discussions tendues entre Donald Trump et les autres chefs d'État participants au G7 au Québec, le conseiller de Trump pour le commerce, Peter Nararro, a promis un siège en enfer à tout dirigeant étranger qui s'engage dans une diplomatie de la mauvaise foi avec Donald Trump, annonce Fox News Sunday. Après avoir promis la signature du communiqué final, il opère un virage à 180° aux motifs que le premier Ministre canadien, Justin Trudeau, aurait tenu des paroles blessantes et mal venues pour stigmatiser le comportement de Donald Trump. Car beaucoup voient plutôt Donald Trump sortir vainqueur de ce cliché. "Le premier ministre n'a rien dit qu'il n'avait pas déjà dit auparavant, autant publiquement qu'en conversations privées" avec le président américain. "Soyons sérieux et dignes de nos peuples", a indiqué l'Elysée. "Et quiconque les quitterait le dos retourné montre son incohérence et son inconsistance". Il a notamment évoqué des progrès réalisés autour de l'égalité des sexes, les énergies propres, la sécurité mondiale et la croissance économique tout en reconnaissant qu'ils n'avaient pas réussi avec ses partenaires à faire changer la position de Donald Trump sur les questions commerciales.

Messi met en garde ses coéquipiers — Argentine
Rappelons que le tirage au sort du mondial a placé l'Argentine dans le groupe D avec la Croatie, le Nigeria et l'Islande. Autant d'adversaires susceptibles de briser encore son rêve de triomphe à l'échelle internationale.

Même son de cloche du côté de l'Allemagne, dont le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas, a tweeté quelques heures plus tard: "Vous pouvez détruire très rapidement une quantité incroyable de confiance dans un tweet".

L'empreinte du pouce Emmanuel Macron's sur la main de Donald Trump après leur rencontre au G7 de Charlevoix. "En politique, il n'y a pas que les contenus qui sont importants, les images le sont aussi", ajoute-t-il.

Bon an, mal an, les chefs d'Etat et de gouvernement avaient réussi à rédiger le traditionnel communiqué commun qui vient clore les sommets du G7. "La " coopération " est plus que jamais nécessaire alors que " l'unilatéralisme, le protectionnisme et les réactions opposées à la mondialisation prennent de nouvelles formes", a pour sa part estimé le numéro un chinois.

Des familles réclament des comptes — Bataclan
C'est alors que huit soldats de l'opération Sentinelle arrivent et demandent l'autorisation d'intervenir à leur hiérarchie. Et reprendre le cours de sa vie est d'autant plus épineux lorsque les réponses peinent à surgir.

Dans ce communiqué final, très important aux yeux des diplomates mais dénué de tout caractère contraignant, les pays du G7 ont signé un texte de compromis sur le commerce.

Le président russe Vladimir Poutine à quant à lui ironisé sur le "babillage inventif" des pays du G7, qu'il a invités à "se tourner vers les sujets concrets relevant d'une vraie coopération".

Quant à l'ancien ambassadeur du Canada aux États-Unis, Derek Burney, il a exhorté le gouvernement canadien et ses alliés du G7 à rester calmes.

Rhône : deux fillettes retrouvées mortes dans une caserne de gendarmerie
Deux autres personnes se trouvaient en effet dans l'appartement de fonction au moment des faits, selon l'AFP. Les autopsies, prévues ce lundi, devraient permettre d'établir les causes de leur mort.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL