Bretagne: L'avenir du volailler Doux entre les mains du tribunal de commerce

Elisee Touchard
Mai 18, 2018

" Notre stratégie, c'est vraiment la reconquête des produits pour le marché français", avait expliqué Denis Lambert, le PDG de LDC, à l'issue d'un comité central d'entreprise (CCE) au siège du groupe Doux, à Châteaulin (Finistère).

Le tribunal de commerce de Rennes a examiné mardi, à huis clos, les offres de reprise du volailler breton Doux, placé en liquidation judiciaire en raison de graves difficultés financières.

Le sarthois LDC prévoyait, dans son offre déposée fin mars, "la reprise de 298 salariés et 203 reclassements de proximité au sein du Groupe LDC".

" "Fusillade au Texas. Des " blessés " mais la situation est " sous contrôle "
Un tireur a été signalé vendredi 18 mai dans un lycée de Santa Fe, dans l'État au Texas. Nous avons des unités @hcsoTexas en route pour prêter assistance.

Le dossier est épais.

Le groupe Doux, qui exporte l'essentiel de ses poulets congelés au Moyen-Orient, a accusé l'an dernier une perte de 36 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 290 millions d'euros. Le délibéré est attendu vendredi.

Une société Yer Breizh, qui regroupe LDC, la Région Bretagne, Terrena, Triskalia et Al-Munajem, reprendrait les fermes d'élevage, le couvoir de La Harmoye (Côtes-d'Armor), le site de Bannalec (Finistère), soit au total 97 salariés.

Le grand changement est prévu dimanche — Contrôle Technique
Généralement facturée autour de 65€ actuellement, l'intervention devrait ainsi avoisiner les 75€ dès la semaine prochaine. Dans le troisième cas, vous n'avez que jusqu'à la fin de la journée pour prendre rendez-vous avec un garagiste.

L'offre du Saoudien Al-Munajem, premier client de Doux, propose de reprendre l'abattoir de Châteaulin avec 347 salariés plus 20 salariés du siège. Il proposerait par ailleurs 418 offres de reclassement aux autres salariés de Doux, soit plus d'offres que de salariés pour ceux n'étant pas repris directement.

D'autres repreneurs étaient sur les rangs, parmi lesquels le Britannique Chesterfield Poultry qui proposait de reprendre l'abattoir de Chantonnay en Vendée et ses 145 salariés.

SNCF-décompte des jours de grève : les syndicats "déboutés" en référé
Déboutons l'UFCAC CFDT, la FGTE-CFDT, l'UNSA FERROVIAIRE et la fédération CGT des cheminots de leurs demandes. Les agents de la SNCF souhaitent, eux, que seuls les jours de grève posés soient retenus.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL