Des détenus percent des murs pour tabasser un codétenu — Grasse

Dominique Dufresne
Mai 16, 2018

Les sept détenus mineurs ont déjoué la surveillances des gardiens de la prison de Grasse, dans les Alpes-Maritimes.

"Le service du matin a trouvé le mineur sur son lit, le visage tuméfié et il y avait un trou énorme dans le mur qui le séparait de la cellule d'à côté. Les murs n'étaient pas solide, on s'est aperçu, dix centimètres de parpaing", a-t-elle ajouté. La suite: la même opération, à sept reprises. Selon les informations de France Bleu Azur, certains détenus ont refusé de participer à l'opération. Il s'en sort avec quelques points de suture à l'arcade sourcilière. La victime est transportée à l'hôpital Clavary de Grasse.

La vidéosurveillance va être renforcée dans les hôpitaux — Violences
Mais Martin Hirsch reconnaît que ce nouveau système ne mettra pas pour autant fin aux incivilités et aux violences. Cela représente un important investissement de 30 millions d'euros, l'équivalent d'un petit bâtiment .

Un jeune de 17 ans a été tabassé par d'autres détenus du secteur des mineurs.

Une enquête est ouverte par l'inspection pénitentiaire pour déterminer si il existe des failles dans la structure ou si c'est une erreur professionnelle qui est à l'origine de l'incident.

La nouvelle illusion auditive qui rend fou Internet
Deux facteurs expliquent que tout le monde n'entende pas la même chose: l'âge et l'accent. Et vous, entendez-vous Yanny ou Laurel?

Le parquet de Grasse a été saisi.

Critique en grève — En guerre
Un film qui prend une résonnance toute particulière dans le contexte actuel, et qui devrait remuer une croisette un peu endormie. Il mobilise les salariés, les politiques et même la justice, qui va pourtant donner raison à la direction.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL