Officiel : les Fêtes de Bayonne seront bien payantes dès l'été 2018

Dominique Dufresne
Mai 15, 2018

Coup de tonnerre dans le monde des férias: l'accès aux prochaines Fêtes de Bayonne sera payante. Mais selon nos confrères de Sud-Ouest Pays basque, le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray l'a annoncée ce lundi soir à la commission extra-municipale des fêtes.

Özil en pleine polémique pour une photo politique
Le président Erdogan a convoqué pour le 24 juin des élections législatives et présidentielle anticipées. Ce qui n'a pas du tout plus à la Fédération allemande de football (DFB).

"Une décision prise en responsabilité pour assurer la sécurité et la pérennité de cet événement", avance le premier magistrat.

Basket-NBA : Golden State sonne d'entrée Houston
Après deux premières périodes équilibrées (56-56), les Californiens ont fait pencher la balance dans les deux derniers quarts. Mais nous ne pouvons pas lui faire cadeau d'autant de revirements et le laisser tirer à trois points sans surveillance.

Les festayres devront payer pour entrer dans le périmètre des fêtes, les vendredi, samedi et dimanche de la prochaine édition (du mercredi 25 au dimanche 29 juillet). Objectif pour le maire centriste: réduire le coût des fêtes pour le contribuable bayonnais. L'organisation de ces fêtes annuelles coûte globalement aux environs d'un million d'euros pour la collectivité. L'an dernier, un million de fêtards avaient investi les rues bayonnaises durant cinq jours. L'entrée sera également gratuite pour les enfants. Si le montant du tarif qui sera demandé pour les trois jours de festivités n'est pas encore définitivement arrêté par la municipalité, détaille Sud Ouest, il devrait osciller entre 5 et 8 euros par personne. Bien évidemment, les Bayonnais auront un accès libre aux Fêtes.

OW : Retour de l'événement Anniversaire !
La seconde fuite, n'est rien d'autre que la date de l'événement qui se déroulera le 22 mai , un jour après la campagne de collecte de fonds pour lutter contre le cancer du sein .

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL