La décision américaine, douche froide pour les entreprises européennes — Iran

Elisee Touchard
Mai 12, 2018

L'accord signé à Vienne en juillet 2015 avec Téhéran, qui levait une partie des sanctions internationales visant la République islamique, avait ouvert aux entreprises européennes de nouvelles perspectives dans ce marché prometteur d'environ 80 millions d'habitants.

Après les menaces américaines de sanctions, Airbus, Total et Renault pourraient se trouver en sérieuse difficulté.

Les échanges de l'Union européenne avec l'Iran, qui ne représentaient que 7,7 milliards d'euros (11,3 milliards $ CA) en 2015, ont quasiment triplé pour atteindre en 2017 21 milliards d'euros (32,3 milliards $ CA). Les exportations françaises ont quasiment triplé entre 2015 et 2017, pour s'établir à 1,5 milliard d'euros (2,3 milliards $ CA).

Un chien blesse par balle son maître — Etats-Unis
"Cela pris en compte, aucune poursuite ne sera lancée", a déclaré à l'AFP Cory Husske, de la police de la ville de Fort Dodge. Touché à la jambe, Richard Remme a été soigné à l'hôpital et en est sorti plus tard dans la journée.

Le département américain du Trésor, qui supervise ces licences d'exportation, a précisé mardi que les Etats-Unis n'autoriseraient plus la livraison d'avions de ligne, de pièces et de services aéronautiques à l'Iran après une période de transition de 90 jours. Ce revirement concerne les entreprises américaines, mais aussi celles en Europe qui avaient recommencé à commercer avec Téhéran.

Une arme déjà utilisée dans le passé, à l'image de l'amende de 8,9 milliards de dollars infligée en 2014 à la banque française BNP Paribas pour avoir enfreint les sanctions contre l'Iran et d'autres pays.

Il en est de même pour le major pétrolier français Total qui s'est associé au groupe chinois CNPC avec un investissement de 5 milliards de dollars pour exploiter le gisement South Pars. Le patron de Bercy a ainsi contacté son homologue américain afin de demander soit des "exemptions", soit "des délais plus longs ".

Brusque accès de tension entre Israël et Iran sur le théâtre syrien
Pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu , l'Iran a franchi une " ligne rouge ". Jeudi, pour la première fois, l'Iran et Israël sont entrés en confrontation directe.

Selon des déclarations faites à l'AFP, Jacques Hogard, président d'un cabinet de conseil à l'international, a estimé que "pour les sociétés françaises et européennes qui ont des intérêts aux États-Unis, il est impossible d'échapper à ce gendarme du monde", ajoutant qu'"on peut toujours essayer de les contourner, mais pas les grandes entreprises". Tous ces groupes seront contraints de revoir leurs ambitions. " Nous analysons attentivement cette annonce et évaluerons les prochaines étapes en cohérence avec nos politiques internes et dans le respect complet des sanctions et des règles de contrôle des exportations ", a indiqué Airbus, précisant que " cela prendra du temps ".

Même écho du côté de Siemens ou encore de PSA, qui a dit espérer de l'Union européenne une position officielle " singulière ".

A la suite de l'annonce par Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien et du rétablissement de sanctions contre l'Iran, le secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, a déclaré mardi qu'Airbus et Boeing allaient perdre leurs permis d'exporter des avions de ligne à l'Iran.

Fusillade au lycée Highland de Palmdale en Californie
La police a reçu de nombreux appels de secours depuis les lieux, au moins une personne serait blessée. Selon la chaîne CBS (en anglais), citant les autorités, au moins une personne a été blessée.

Le prix du pétrole a réalisé des gains importants après l'annonce de M. Trump, avec une hausse de 2,4 % du Brent à plus de 76,5 $ US le baril et un prix du brut américain au-dessus de 70 $ US mercredi matin.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL