Les syndicats veulent maintenir la pression sur le gouvernement — SNCF

Elisee Touchard
Avril 27, 2018

Pourtant, elle a dû accepter la veille la reprise en main du dossier de la SNCF par Matignon. Exit Elisabeth Borne, Edouard Philippe reprend donc les rênes.

"Le produit de sortie de ce projet de loi a fait qu'on conteste la méthode utilisée par la ministre des Transports pour négocier, qu'on a fait appel au Premier ministre", a martelé ce mercredi Erik Meyer sur BFMTV.

Ligue 2 : Sochaux signe un partenariat avec un groupe espagnol
Alavés, club de Vitoria (nord de l'Espagne), a notamment disputé la finale de Coupe du Roi la saison dernière, perdue face au FC Barcelone (3-1).

Le fait que la CGT et Force ouvrière quittent avec fracas la table des négociations n'a rien d'étonnant. Quelles que soient les tractations menées à Matignon et les tentatives de division de Macron, la victoire ne pourra se dessiner qu'avec un rapport de force accru, une extension du mouvement et une plus forte convergence des luttes. "Les syndicats savent qu'en la matière ma main a toujours été tendue, et elle a toujours été très ferme", a conclu Edouard Philippe. Autrement écrit, le Premier ministre ne veut surtout pas donner l'impression qu'il désavoue sa ministre. Toutefois, ce syndicat en perte de vitesse prendrait un grand risque en jouant la carte de l'affrontement à tout prix. En effet, le scénario qui a abouti à l'invitation du 7 mai à Matignon n'est qu'un amuse-gueule préludant à un véritable enjeu politique pour la prochaine période. Ce qui, à son sens, nécessiterait des discussions à l'échelle de tout le gouvernement. "Au lancement de cette nouvelle étape comme le Premier ministre l'avait fait au lancement de la réforme ferroviaire, il revoit tous les acteurs et notamment les confédérations", a encore expliqué la ministre des Transports. Car la lettre du premier ministre ne change pas la donne. Ces derniers se réunissaient mardi soir pour déterminer les suites de leur mouvement social.

Ils demandent aussi la poursuite, après le 7 mai, de négociations "tripartites" avec le gouvernement et la fédération patronale du secteur, l'union des transports publics et ferroviaires. "La mobilisation continue de manière unitaire jusqu'au 7 [mai], c'est évident. Et le 7, on attend un point de rupture au niveau de Matignon qui pourrait nous amener à engager de réelles négociations", a résumé Roger Dillenseger de l'Unsa, mardi après-midi devant des journalistes. "Pas du tout", assure Édouard Philippe, invité exceptionnel de la Matinale de Patrick Cohen, sur Europe 1 jeudi.

TPMP - Mélanie Bernier, invitée, flingue l'émission : "C'est vulgaire ici"
C'est vulgaire ici " lâche-t-elle à Kev Adams, qui répond: " Bah tu les as vues les meufs ". "Ecoute.", a répondu le comique, le sourire aux lèvres.

Déjà, un rassemblement de cheminots est programmé le 3 mai. Edouard Philippe, en voyant une par une les organisations, va sans doute essayer de briser l'unité des syndicats.

Depuis l'annonce de la réforme de la SNCF par le gouvernement, seule une manifestation nationale de cheminots s'est tenue à Paris, le 22 mars, réunissant plus de 13.000 personnes, selon la société Occurence qui réalise un comptage pour plusieurs médias, dont France Bleu.

Les propositions de Borloo pour "changer la donne" — Quartiers prioritaires
Lors d'un déplacement le 14 novembre à Tourcoing (Nord), le président de la République avait promis le "retour de l'Etat" dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL