30 000 manifestants à Erevan contre le pouvoir — Arménie

Dominique Dufresne
Avril 22, 2018

"Le peuple doit libérer Nikol (Pachinian) ", a déclaré à la presse le député Sassoun Mikaelian, avant d'être lui-même arrêté.

La police avait annoncé plus tôt dans la journée avoir "évacué de force" Nikol Pachinian d'une nouvelle manifestation de l'opposition, organisée dans la capitale Erevan après l'échec d'une rencontre avec le Premier ministre Serge Sarkissian, dont le départ est réclamé par les protestataires.

Afghanistan: un kamikaze vise un centre électoral à Kaboul
Mais deux autres centres d'inscriptions ont été pris pour cible en province au cours de la semaine écoulée. Là encore les responsables locaux avaient accusé les talibans.

Une rencontre télévisée entre le Premier ministre arménien Serge Sarkissian et le chef de la contestation Nikol Pachinian a tourné court dimanche, le chef du gouvernement se retirant rapidement en dénonçant un "chantage". Il n'était pas possible d'entendre cette discussion, lors de laquelle Nikol Pachinian a visiblement présenté à Armen Sarkissian une liste des demandes formulées envers les autorités par les manifestants.

La police arménienne a interpellé dimanche le chef de la contestation antigouvernementale, Nikol Pachinian, et deux députés d'opposition. "Je ne peux que vous conseiller de revenir dans un cadre légal, sinon vous porterez la responsabilité " de ce qui peut arriver, a-t-il ajouté. "Vous ne comprenez pas la situation en Arménie, le pouvoir est maintenant entre les mains du peuple", a déclaré M. Pachinian. Ce à quoi le Premier ministre a répliqué qu'"un parti qui a enregistré un score de 8 pour cent aux élections (législatives) ne peut pas parler au nom du peuple".

Challenge Cup : pas de finale pour Pau, battu à Cardiff
C'est un coup dur pour la Section Paloise! Ils ne joueront donc pas la 3e finale de leur histoire dans la compétition. Opposés aux Cardiff Blues en demi-finales ce samedi, les Palois se sont inclinés à l'extérieur (16-10).

M. Pachinian a réagi en proposant à Armen Sarkissian de venir le rencontrer sur le lieu de la manifestation, sur la place de la République, où se sont réunies samedi soir des milliers de personnes scandant " Serge, va-t'en! Cette rencontre intervient alors que des manifestations de protestations contre l'ancien président, récemment nommé Premier ministre, Serge Sarkissian, sans lien de parenté avec son successeur, secouent l'Arménie pour le 9e jour consécutif. Alors que la Constitution interdit au président d'effectuer plus de deux mandats, M. Sarkissian avait fait voter en 2015 une réforme controversée donnant l'essentiel des pouvoirs au Premier ministre.

Au-delà des manoeuvres de Serge Sarkissian pour rester au pouvoir après plus d'une décennie au poste de président, les manifestants reprochent à cet ancien militaire de 63 ans de n'avoir pas su faire reculer la pauvreté et la corruption, alors que les oligarques ont toujours la main sur l'économie du pays. Quelque 30 000 personnes, selon des journalistes sur place, ont manifesté, vendredi 20 avril, à Erevan (Arménie) où la police a procédé à plus de 230 interpellations. Il s'agissait du plus grand rassemblement de l'opposition de ces dernières années dans ce petit pays du Caucase.

L'Iran menace de reprendre l'enrichissement d'uranium si Trump rompt l'accord international — Nucléaire
Zarif s'est rendu aux Etats-Unis afin de participer à une réunion de l'Assemblée générale des Nations Unies portant sur le maintien de la paix.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL