Scandale des impôts : Bercy répond

Elisee Touchard
Avril 18, 2018

Bien évidemment, certains n'ont pas apprécié être obligés de regarder une vidéo pour pouvoir déclarer leurs revenus. La vidéo a déjà comptabilisé plus de 4,4 millions de vues.

Depuis une semaine, les contribuables se rendant sur le site impots.gouv.fr se retrouvaient bloqués pendant deux minutes le temps de visionner une vidéo de présentation du prélèvement à la source, qui sera mis en place en janvier 2019. Pas la peine de rafraîchir sa page ou de redémarrer son navigateur. Le service précise que les seules soixante premières secondes du premier visionnage sont incontournables.

De nombreux internautes ont dénoncé un passage en force de l'administration fiscale.

La VAR adoptée en Ligue des champions en 2019-2020 — Europe
Sous le coup d'une enquête pour non-respect des règles du "FPF" suite aux transferts de Neymar et Kylian Mbappé l'été dernier, le club parisien pourrait se faire sanctionner.

Plus de 4 millions de Français ont visionné une vidéo de l'administration fiscale à travers laquelle Google récolte des millions de données. La direction générale des Finances publiques a défendu la démarche sur Twitter en expliquant que "quelques minutes d'attention pour une réforme d'envergure qui va concerner 37 millions de foyers fiscaux et plus de 3 millions d'entreprises" lui semblait "acceptable".

L'intention était sans doute louable. Mais la méthode interroge.

Et pour véhiculer cette information, la Direction générale des finances publiques (DGFIP) a décidé d'utiliser YouTube comme canal de diffusions de ses vidéos de sensibilisation et d'information, notamment celle sur le prélèvement à la source.

La Flèche wallonne pour Julian Alaphilippe et les Quick Step
Considéré comme l'un des plus grands talents du peloton, Julian Alaphilippe a enfin cueilli une grande victoire. Premier Belge, Jelle Vanendert ( Lotto Soudal ) s'est classé à la 3e place, à 6 secondes.

Selon plusieurs médias, cela offre la possibilité au géant du numérique Google, propriétaire de YouTube, de recueillir et de croiser un grand nombre de données sur les internautes. Le moteur de recherche peut alors associer les données collectées aux emails, à l'agenda ou encore à l'historique complet de recherche d'un internaute. La firme de Mountain View a également accès aux sites internet consultés en amont et en aval de la connexion. "Pour rappel, vous pouvez contrôler les données que vous partagez et sécuriser votre compte Google", ajoute la compagnie.

Elle sera incontournable pour valider votre déclaration de revenus.

Comme le relève le site spécialisé Next INpact, Bercy aurait pu mettre en oeuvre des ressources internes pour diffuser ce contenu, mettre à contribution des plateformes françaises comme PeerTube, plus respectueuse de la vie privée des internautes ou, a minima, activer le mode de confidentialité avancé de YouTube qui permet de limiter l'exploitation des données. Le service de communication de Bercy a justifié le choix de YouTube en raison de "sa capacité à supporter un très grand nombre de connexions simultanées", indique Le Point.

Lyon au complet à Dijon
C'est pour ça qu'à 3-0 à Metz, on a continué à jouer sérieusement pour marquer le plus de buts possible et ne pas en encaisser. De retour avec l'Olympique Lyonnais lors de la victoire contre Amiens, Nabil Fekir reste et restera un joueur indéboulonnable.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL