Un maire français refoulé à la frontière en Israël

Dominique Dufresne
Avril 17, 2018

Le maire communiste de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) Patrice Leclerc a été refoulé à la frontière d'Israël lundi.

Le maire de la ville française Gennevilliers (près de Paris) s'est vu interdire lundi l'entrée en Israël en raison de son soutien au boycott de ce pays, a annoncé le gouvernement israélien.

Justin Trudeau défend le Ceta à l'Assemblée nationale
Les élus français doivent se prononcer sur cet accord à l'automne. Macron, qui effectuera peu avant une visite à Ottawa et Québec. C'était une première pour un chef d'Etat canadien.

Patrice Leclerc a réagi ce 17 avril dans un communiqué publié sur sa page Facebook en dénonçant l'"arbitraire intolérable" pratiqué selon lui par l'Etat hébreu envers "ceux qui agissent pour le droit des Palestiniens à disposer d'un Etat libre et indépendant".

Avec d'autres élus français, Patrice Leclerc avait rendu visite en juin 2016 au député palestinien Marwan Barghouti, emprisonné en Israël pour meurtre depuis 2002. Il fustige l'"humiliation constante" subie par les Français qui souhaitent se rendre en Palestine. Mais face au refus d'Israël, ils avaient annulé leur voyage.

Syrie: l'OIAC va poursuivre sa mission d'enquête sur l'attaque chimique présumée
"Je ne suis pas au courant d'un tel incident", a affirmé un porte-parole de l'armée israélienne, interrogé par l'AFP sur des rumeurs selon lesquelles il pourrait s'agir d'une attaque israélienne.

Le ministre des Affaires stratégiques et de la sécurité intérieure Gilad Erdan, a pour sa part souligné que l'interdiction d'entrée en Israël est appliquée d'autant plus sévèrement que ceux qui "appellent à un boycott exercent des fonctions officielles".

Le mouvement BDS entend faire pression sur Israël pour mettre notamment fin à l'occupation des territoires palestiniens, jugée illégale par la communauté internationale.

Un journaliste meurt après une chute de son balcon — Russie
Après les raids occidentaux en Syrie , les États-Unis maintiennent la pression sur le régime syrien, mais aussi sur ses alliés. Maas. "Le but de ces frappes a été de montrer qu'il y une ligne rouge qu'il ne faut pas dépasser", a expliqué Didier Reynders.

BDS s'inspire de la lutte menée contre le régime de l'apartheid en Afrique du sud. Depuis mars 2017, une loi interdit l'entrée dans le pays aux partisans et soutiens de ce mouvement.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL