Macron dit avoir convaincu Trump sur des frappes "limitées" — Syrie

Dominique Dufresne
Avril 16, 2018

Le président français Emmanuel Macron a pour la première fois ordonné une opération militaire d'envergure en décidant de mener des frappes, avec Washington et Londres, contre le régime syrien de Bachar al-Assad dans la nuit de vendredi à samedi.

"Nous l'avons aussi convaincu qu'il fallait limiter ces frappes aux armes chimiques alors qu'il y a eu des emballements médiatiques par voie de tweet", a-t-il ajouté. "C'est la communauté internationale qui est intervenue (...) Une résolution a été prise à l'ONU (en septembre 2013, ndlr), qui rappelle l'interdiction de l'usage des armes chimiques et elle prévoit l'usage de la force si elle n'est pas respectée (...) Nous avions la pleine légitimité pour intervenir dans ce cadre", a défendu Emmanuel Macron.

La ligne rouge a été franchieLa ligne rouge fixée par la France en mai 2017 a été franchie.

Samedi en fin de journée, il a estimé que les frappes avaient atteint leurs "objectifs" et qu'il revenait désormais au Conseil de sécurité de l'ONU de reprendre "l'initiative sur les plans politique, chimique et humanitaire".

Une femme dans un état critique et quatre blessés graves — Montérégie
Trois personnes ont été blessées, dont deux se trouvent dans un état critique, ont indiqué les services de secours locaux. Le conducteur du premier véhicule n'a pas été en mesure d'éviter la collision.

Mais pour Christophe Castaner, patron du parti macronien La République en marche (LREM) "la France ne pouvait se tenir aveugle et muette face à cette barbarie".

L'Elysée a diffusé sur Twitter des photos mettant en scène Emmanuel Macron en chef de guerre, présidant cette nuit une réunion avec ses conseillers et Florence Parly, la ministre de la Défense.

Le président Emmanuel Macron et le chef d'État-major des Armées François Lecointre, le 19 janvier 2018.

Le Premier ministre Edouard Philippe recevra pour sa part dimanche matin les principaux responsables parlementaires, avant la tenue, probablement mardi, d'un débat sans vote au Parlement sur cette opération.

Riyad place Jérusalem et l'Iran en tête des priorités arabes
Elle a déclaré à la mi-mars ne disposer des fonds nécessaires que jusqu'à l'été, après la décision de Washington de ne plus la financer.

Le secrétaire britannique à la Défense, Gavin Williamson, a annoncé que la Première ministre Theresa May informerait le Parlement britannique lundi.

Les médias d'Etat syriens ont dénoncé une "agression" et une "violation flagrante du droit international".

"Nous soutenons le fait que nos alliés américains, britanniques et français ont pris la responsabilité de cette manière en tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies", a déclaré Angela Merkel.
"Nous avons obtenu des preuves que du chlore, des armes chimiques, avaient été utilisées" et qu'elles "pouvaient être attribuées au régime syrien".

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a condamné les frappes coordonnées occidentales en Syrie.

Quand Vasilyev annonce la couleur du prochain mercato
Un bon de sortie? Non . "On va tout faire pour les rendre fiers à partir du prochain match" explique Vasilyev. Vadim Vasilyev n'avait pas vraiment le sourire en passant devant les caméras de nos confrères de L'Équipe.

M. Macron a déployé ces derniers jours une intense activité diplomatique. "J'ai donc ordonné aux forces armées françaises d'intervenir cette nuit, dans le cadre d'une opération internationale menée en coalition avec les Etats-Unis d'Amérique et le Royaume-Uni et dirigée contre l'arsenal chimique clandestin du régime syrien", précise-t-il dans un communiqué diffusé dans la nuit. La Russie a indéniablement apporté un soutien militaire actif aux opérations de reconquête de la Ghouta orientale.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL