Dans les coulisses de l'interview d'Emmanuel Macron sur RMC, BFMTV et Mediapart

Dominique Dufresne
Avril 16, 2018

Interviewé par Jean-Jacques Bourdin (BFMTV et RMC) et Edwy Plenel (Mediapart), deux contradicteurs réputés pour leur pugnacité, le président de la République Emmanuel Macron a parfois répliqué sèchement, contestant même l'honnêteté intellectuelle du second sur certaines questions qu'il a jugées orientées.

Emmanuel Macron a confirmé ce dimanche que l'Etat reprendrait progressivement une partie de la dette de la SNCF quand le groupe serait réformé, sans toutefois avancer de montant. Il est interviewé par Jean-Jacques Bourdin pour RMC et BFMTV et par Edwy Plenel pour Mediapart.

" "Jean-Jacques Bourdin va le " pousser dans ses retranchements " — Interview d'Emmanuel Macron
L'occasion pour lui de s'épancher sur le journaliste controversé Edwy Plenel, qui interrogera le président de la République ce soir.

"Il y a 10 jours, le président Trump disait les États-Unis d'Amérique ont vocation à se désengager de la Syrie, nous l'avons convaincu, nous l'avons convaincu qu'il était nécessaire d'y rester (.), je vous rassure, nous l'avons convaincu qu'il fallait rester dans la durée", a soutenu le président de la République.

Jusqu'à présent avare d'apparitions dans les médias, Emmanuel Macron mène une offensive médiatique pour marquer le premier anniversaire de son arrivée, selon la présidence. "On n'écoute plus les réponses, on attend les questions", a-t-il tweeté.

La Conmebol soutient la candidature USA-Canada-Mexique au Mondial 2026
Au cours d'une carrière riche en succès, Roberto Carlos a ainsi eu l'opportunité d'exhiber ses talents au sein de neuf clubs différents, notamment au Brésil, en Espagne, en Italie, en Turquie et en Inde.

Pendant près d'une demi-heure, le président a justifié les frappes menées menées dans la nuit de vendredi à samedi contre des sites de production d'armes chimiques du régime de Bachar al-Assad, en affirmant que "c'est la communauté internationale qui est intervenue". En revanche "la "colère" des opposants à l'évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes n'était "pas légitime". Je considère qu'(.) elle n'est pas légitime, elle n'a rien à voir avec celle des cheminots". Ce "n'est peut-être pas sans conséquence et sans bénéfice pour le pouvoir exécutif en termes de démonstration de force et de capacité à tenir ses promesses", a commenté pour l'AFP Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). Il a également indiqué dimanche qu'il n'y aurait "pas d'économies sur l'hôpital dans ce quinquennat" alors que les hôpitaux français, particulièrement les services d'urgence, sont en crise.

Vers une 2e journée de solidarité? Il n'est "pas contre" cette idée déjà évoquée jeudi par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. "Est-ce que ça a bien marché la dernière fois?" La première journée avait été instaurée après la canicule de 2003.

Bernard Tapie : malgré la maladie, il veut remonter sur scène
" Il n'y a pas de si, je vais le refaire ", affirme Bernard Tapie , 75 ans, dans une longue interview au Parisien dimanche . Bernard Tapie a beau être malade, il n'entend pas s'arrêter de travailler et de vivre pour autant.

"Oui, à partir du 1er janvier 2020, l'Etat reprendra progressivement de la dette" de SNCF Réseau, qui devrait alors atteindre une cinquantaine de milliards d'euros, a déclaré le président de la République. "On a fait des propositions à l'Elysée pour obtenir un entretien et ils sont revenus vers nous il y a un mois pour dire qu'ils étaient intéressés".

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL