60 millions de consommateurs publie une liste de cinquante produits à proscrire

Elisee Touchard
Avril 12, 2018

Si la lecture du hors-série peut paraître anxiogène, il vise avant tout à avertir le consommateur et à lui donner des clés pour mieux débusquer, marque par marque, sucres, sels, graisses, additifs, nitrites et pesticides cachés. C'est ce que révèle le travail de fourmi réalisé par 60 Millions de consommateurs dans un hors-série dédié aux " aliments qui empoisonnent ". Cette dernière établissait un lien sérieux entre nourriture ultra transformée et risque de cancer. Ainsi dans un flacon de ketchup Heinz de 70 g, on trouve huit tomates et 22 morceaux de sucre. La revue prend l'exemple de deux fameuses marques de chocolat en poudre qui vantent leur apport en minéraux, fer et vitamines mais ne précisent pas qu'ils contiennent entre 76 % et 86 % de sucre.

Toujours dans les aliments du petit-déjeuner, les céréales sont, selon 60 millions de consommateurs des "bombes de graisses". "80% du sel absorbé par les Français proviennent des aliments transformés". Après avoir étudié ces produits industriels transformés comme les laitages, les produits sans gluten ou sans viande, le mensuel en profite pour dénoncer "les entourloupes des industriels lorsqu'ils bernent les consommateurs et font passer un aliment bourré d'additifs pour un produit santé".

Classement FIFA : Bond historique de la Tunisie, 14e mondiale
La Fédération internationale de football association (Fifa) vient de publier le classement mondial des équipes nationales de football du mois d'avril 2018.

Au rayon viande, la revue détaille le "mécanisme pernicieux" du "trop de fer", ou comment, à trop forte dose, le fer contenu dans la viande rouge favorise l'apparition de cancers, notamment du sein pour les femmes.

La revue qui conseille de ne pas consommer plus de 500 grammes de viande rouge par semaine, est particulièrement offensive sur les yaourts. L'étude cible en particulier les marques Trésor de Kellogg's et Extra Fruits du même Kellogg's, ainsi que les barres de céréales, les pâtes feuilletées, ou encore les poêlées de légumes de Bonduelle ou Picard qui doivent être utilisées sans ajouter de matières grasses. Après 50 ans, les femmes devraient même consommer une part encore plus restreinte.

Policiers agressés au Nouvel an en France: au moins 14 interpellations
Ils sont accusés d'avoir filmé la scène ou d'avoir porté des coups à un des policiers. Parmi les personnes interpellées, certaines sont connues des services de police .

Côté additifs, la revue a publié une liste de 50 produits qui seraient à proscrire allant du E102 au E951.

Mise en cause, l'Association Nationale des Industries Alimentaires (Ania), qui représente 17.000 entreprises françaises du secteur agroalimentaire, a regretté auprès de l'AFP un dossier qui ne fait selon elle "qu'alimenter les peurs". Alors que la réglementation interdit théoriquement l'ajout d'additifs dans les yaourts, les grandes marques en incorporent en quantité dans les mélanges de fruits qui les parfument: neuf additifs dans le yaourt Carrefour aux fruits recette crémeuse, sept dans le Taillefine aux fraises, et douze dans le panier de Yoplait nature sur fruits. "Le mélange de fruits sert en somme de cheval de Troie pour contourner la loi", un "subterfuge" qui "dénature un produit simple et bon pour la santé" au départ.

"TPMP": pour Tex, "on ne peut pas renvoyer quelqu'un pour une blague"
Ils ne m'ont même pas parlé. "Quand j'ai su ça (son éviction, ndlr), j'ai quand même appelé la directrice des programmes pour avoir des explications.

La revue épingle également des outils destinés à améliorer l'information du consommateur et lutter contre l'obésité ou la diabète.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL