Donald Trump refuse l'acquisition de Qualcomm par Broadcom

Dominique Dufresne
Mars 13, 2018

Préserver la sécurité nationale des Etats-Unis: c'est l'argument avancé par Donald Trump pour bloquer la fusion entre les fabricants de microprocesseurs Broadcom et Qualcomm.

Qualcomm avait rejeté l'offre à 117 milliards de dollars (95 milliards d'euros) de Broadcom, projet qui a fait l'objet d'une enquête par le Comité des investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS), qui examine les investissements susceptibles d'avoir des implications en termes de sécurité nationale.

"L'acheteur (Broadcom) et Qualcomm doivent immédiatement et définitivement abandonner le rachat proposé", stipule le décret, qui évoque "des éléments crédibles" laissant penser que l'opération pourrait menacer la sécurité nationale.

Mourinho règle ses comptes avec De Boer
José Mourinho n'est pas du genre à se laisser faire et l'a une fois de plus prouvé ce lundi en conférence de presse. S'il fait un ou deux matchs moyens, Mourinho le sort.

"Nous sommes en profond désaccord avec l'idée que (l') acquisition proposée de Qualcomm soulève la moindre inquiétude en matière de sécurité nationale".

"Etant donné les déclarations publiques de Broadcom au sujet de la procédure de redomiciliation depuis novembre dernier, ainsi que ses communications directes avec le CFIUS, Broadcom a été totalement transparent à l'égard du CFIUS au sujet de la procédure de redomiciliation et pense qu'il respecte totalement (le décret)", déclare le groupe.

Broadcom, dont le siège est à Singapour, avait pourtant annoncé lundi qu'il avait décidé de domicilier son siège aux Etats-Unis à compter du 3 avril pour tenter d'atténuer les inquiétudes des autorités américaines.

Mennel: ses prestations finalement coupées au montage de The Voice
Mais depuis, TF1 et ITV Studios France étaient restés silencieux sur le parcours de la candidate. Il n'y aura pas de Mennel dans les prochains épisodes de The Voice , sur TF1.

Le CFIUS est chargé de décider si une fusion ou une acquisition menace les intérêts du pays en matière de sécurité. Broadcom comptait profiter de ce rassemblement pour prendre le contrôle du conseil d'administration et faire passer son projet.

Le CFIUS, qui se penche rarement sur les opérations de fusion-acquisition avant leur conclusion, craint notamment qu'un rachat de Qualcomm par Broadcom ne pénalise les Etats-Unis dans le déploiement de la future technologie mobile à haut débit 5G. Toujours dans le secteur des microprocesseurs, cet organisme avait également recommandé en 2016 à Barack Obama de s'opposer à l'opération entre le groupe allemand Aixtron et le fonds chinois Grand Chip en raison de la présence aux Etats-Unis d'une filiale de l'allemand.

Dans des échanges d'après-Bourse, le titre Broadcom gagnait près de 1% tandis que l'action Qualcomm cédait plus de 4%. Broadcom progressait de 0,63%.

Emmanuel et Brigitte Macron, leur photo en amoureux devant le Taj Mahal
Au cours de sa visite, Emmanuel Macron a multiplié les gestes et déclarations d'amitié envers l'Inde et son chef de gouvernement. Dans le cadre de cet accord, l'Inde et la France ouvriront leurs bases navales respectives à leurs navires de guerre.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL