Le gouvernement présente son plan contre la radicalisation djihadiste

Dominique Dufresne
Février 23, 2018

Le gouvernement français a présenté vendredi un nouveau plan contre la radicalisation comportant un éventail de mesures dans des domaines aussi divers que l'éducation, le sport et la justice, une méthode à rebours de celle privilégiée jusque-là. Il n'y en a qu'une pour l'instant, à Annœullin (Nord), près de Lille.

"Cette radicalisation islamiste menace notre société, pas seulement quand elle conduit à la violence, elle nous défie en vérité à chaque fois que les lois de la République sont mises en balance avec les préceptes religieux", a-t-il justifié.

Agée de 93 ans, une italienne part en mission humanitaire au Kenya
Cette petite jeune n'est pas partie dans un village touristique vu et revu, mais dans un village d'enfants, un orphelinat. C'est le message et les photos de l'une de ses petites-filles sur Facebook qui a déclenché le buzz autour de la mamie.

Le principal volet, comme attendu, concerne les prisons: Sur près de 70 000 détenus en France, 512 personnes sont actuellement incarcérées pour des faits de terrorisme. Les quartiers de radicalisation devraient donc être multipliés par deux. 1 139 prisonniers de droit commun ont été identifiés comme " radicalisés ". Ils concerneront des personnes "sous main de justice" (contrôle judiciaire, bracelets électroniques.), et notamment des "revenants" des zones de combat jihadistes en Syrie et en Irak.

Un volet entier du "plan national de prévention de la radicalisation" est donc consacré à l'éducation.

PSG - OM : Avant le Classico, Valère Germain tire sur Neymar
L'attaquant marseillais accuse le crack francilien d'en rajouter sur le moindre contact: "Si Neymar avait joué dans les années 90".

Sur un volet éducatif, outre des mesures de soutien à la laïcité à l'école et d'éducation aux médias (anticomplotisme.), l'exécutif devrait confirmer son soutien à une proposition venue du Sénat de durcir les conditions d'ouverture d'établissements scolaires hors contrat, afin de combattre l'émergence de structures islamistes. Leur régime de déclaration va être unifié et mis à jour.

Lutter contre le complotisme. A Lille (Nord), le Premier ministre a annoncé la création de 1 500 places de prison pour isoler les détenus radicalisés.

Affaire Said Chaou: la décision de la Justice néerlandaise
Pour rappel, l'extradition de Said Chaou a été au cœur de tensions diplomatiques entre les deux royaumes. Said Chaou, détenteur des natonalités marocaine et néerlandaise, exploite des coffee-shops aux Pays-Bas.

"Nous devons envisager de pouvoir écarter de ses fonctions un agent en contact avec des publics sur lesquels il est susceptible d'avoir une influence, et dont le comportement porte atteinte aux obligations de neutralité, de respect du principe de laïcité, voire comporte des risques d'engagement dans un processus de radicalisation ", a expliqué le Premier ministre. La France est particulièrement concernée par les retours de ses citoyens: environ 1.700 personnes en sont parties pour rejoindre les zones jihadistes irako-syriennes à partir de 2014. "Ils seront ensuite soit placés à l'isolement, soit pris en charge dans des services plus spécifiques ", écrit RTL.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL