JO 2018: Un Japonais premier dopé des Jeux de Pyeongchang

Margot Aubert
Février 15, 2018

Le cas du Japonais Kei Saito, premier contrôle positif des JO de Pyeongchang ramène l'ombre du dopage sur des Jeux qui peinent déjà à s'extirper du dossier russe.

Le patineur japonais a été pris lors d'un contrôle hors-compétition selon l'agence de presse japonaise Kyodo.

La vidéo du skieur suisse qui fait sensation à Pyeongchang — JO
Alors il tue le temps et partage les vidéos de ses "exploits" sur Instagram pour amuser la galerie. L'attente est parfois longue avant d'entrer en compétition aux J.O d'hiver.

Le sportif était prévu comme remplaçant du relais 5.000 m homme ce mardi. "Aucun des résultats enregistrés pendant les Jeux n'a été affecté", précise toutefois le TAS dans son communiqué.

Durant les Jeux olympiques, les cas positifs tombent sous la juridiction du TAS, tandis que les contrôles antidopage relèvent de l'Autorité indépendante des tests antidopage (ITA), une nouvelle structure dirigée par l'ancienne ministre française des Sports Valérie Fourneyron. Il devient ainsi le premier Japonais pris pour dopage à des Jeux olympiques d'hiver. Le JOC (comité national olympique japonais), n'a pas encore réagi. "À ce stade, tout ce que nous savons, c'est que l'échantillon A et l'échantillon B ont été testés positifs".

Abbas sollicite la médiation russe — Palestine-Israël
Fort de ce nouveau statut, l'Etat de Palestine a intégré des agences de l'ONU et a rejoint la Cour pénale internationale (CPI). Mais la Palestine n'est pas encore devenue membre à part entière de l'ONU bien qu'elle soit reconnue par plus de 130 pays.

En cause: la présence d'acétalozamide, un diurétique considéré comme masquant. Surpris, Kei Saito a décidé de se battre pour prouver son innocence.

Le sportif a déclaré avoir accepté la suspension provisoire parce qu'il "ne voulait pas gêner ses coéquipiers aux Jeux olympiques" et qu'il "quitterait volontairement l'équipe et le village des athlètes".

Paris. Un homme probablement armé aperçu devant des écoles
Il a été aperçu devant plusieurs collèges et lycées dans quatre arrondissements différents, comme le rapporte Le Parisien . Vers 10h30, la police a ensuite été alertée sur la présence du même individu aux abords d'un lycée du 20e.

Saito n'a donc pas le droit de participer à la moindre compétition en dehors des JO tant que son cas est à l'étude pour sanction par le TAS.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL