Les plaintes pour négligence se multiplient — Lait contaminé

Elisee Touchard
Février 14, 2018

Foodwatch a pris le temps d'étayer sa plainte dans cette affaire de lait contaminé qui a provoqué une salmonellose chez 38 nourrissons. Ces dernières ont "manqué à leurs obligations en matière de prévention des risques sanitaires, mais aussi dans la gestion particulièrement défaillante de cette crise alimentaire majeure", estime l'association. C'est en tout cas ce qu'a affirmé son directeur, Patrick Dehaumont, lors de son audition par les commissions des affaires économiques et sociales du Sénat, mardi 12 février. Quentin Guillemain, président de l'association des familles de victime, critique ainsi la "faille de Lactalis en premier lieu qui a fabriqué des produits infantiles contaminés aux salmonelles pendant plus de 10 ans, jusqu'aux distributeurs, pharmacies, crèches et hôpitaux qui n'ont pas appliqué les retraits de lots et ont vendu des produits potentiellement contaminés".

L'association a ciblé douze "infractions graves".

Les laboratoires chargés des tests d'autocontrôles des laits Lactalis sont également dans le viseur de Foodwatch ainsi que les autorités publiques.

Manger moins vite permet de perdre du poids
En revanche, il estime que le fait de demander aux sondés à quelle vitesse ils mangent est " fortement subjectif ". Selon elle, " le problème qui reste " est de savoir comment convaincre efficacement les gens de manger lentement.

"On a constaté un décalage entre les éléments donnés au niveau de l'inspection et ce que l'on a pu récupérer à la suite de la crise" a-t-il déclaré, reprochant en clair à Lactalis de n'avoir pas transmis des résultats d'autocontrôles positifs à la salmonelle aux services sanitaires. Et pourtant, ils ont fait preuve de négligence " explicite Karine Jacquemart, directrice de Foodwatch. 600 lots avait été rappelés par le fabricant de lait infantile, à la demande de Bercy.

Tous coupables Si cette accusation de la DGAL confirme que Lactalis devrait longtemps naviguer dans la tourmente et que de plus cette affaire a selon Patrick Dehaumont fragilisé l'ensemble de la filière agro-alimentaire française, les autorités pourraient ne pas totalement éviter elles aussi une session d'autocritiques. L'épidémie de 2005 avait touché 146 nourrissons, a rappelé mardi Patrick Dehaumont. Celle de 2017 en a affecté 37 en France, ainsi que deux en Espagne et probablement un autre en Grèce. "Malheureusement, un certain nombre de produits ont été remis par mégarde dans le circuit de distribution".

Il a aussi fustigé dans cette crise une information "morcelée", de la part de Lactalis (15 messages transmis en tout aux distributeurs, ndlr) et "peu transparente".

United Airlines perd une partie de son réacteur en plein vol
Le vol United Airlines 1175 a dû réaliser un atterrissage d'urgence et a été accueilli par des camions de pompiers. Tout s'est bien terminé mais une enquête a été ouverte par les autorités aériennes américaines.

Pour Foodwatch, il n'est pas question de laisser la grande distribution "s'en tirer comme ça", avec ce type de mea culpa, a dit à Reuters Ingrid Kragl.

Franck Geretzhuber, le secrétaire général du groupe Auchan, a lui aussi regretté que "52 produits aient été remis en vente" dans leurs supermarchés, sur les 42.000 retirés, accusant notamment "la multiplication des procédures".

Google copie Snapchat en proposant des Stories sur les articles AMP
A partir d'aujourd'hui, elles expérimenteront via 'AMP stories' de nouvelles manières interactives de raconter des histoires. Selon Google , l'objectif est de rendre la production des Stories aussi facile que possible, d'un point de vue technique.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL