Brioche Pasquier attaque les startups qui utilisent le mot "pitch"

Elisee Touchard
Février 14, 2018

Un entrepreneur a affirmé au Figaro avoir décliné une proposition de rachat de sa marque pour près de 1 000 euros afin qu'il cesse d'utiliser le mot "pitch".

JoeyStarr se la joue provocateur et tacle la rappeuse Diam's sur Instagram
Retirée de la scène, elle vit depuis lors sa foi dans une relative discrétion et ne s'épanche que très rarement sur la toile. L'ancien rappeur et acteur JoeyStarr a posté une photo sur Instagram. "Elle a pris cher Diam's .", précise-t-il sur l'image".

"Pitch" par ci, "pitch" par là, le groupe Brioche Pasquier a décidé de faire la chasse à l'utilisation de ce terme par d'autres entreprises, depuis janvier 2017, rapporte Le Figaro* lundi. Oui, nous sommes sérieux. Oui, nous parlons bien de "Pitch", nom donné à ces petites brioches fourrées incontournables des rayons des supermarchés, qui définit également - en anglais dans le texte - le "bref résumé d'un scénario" ou la "synthèse d'un projet entrepreneurial" dans l'univers des start-up. Pas moins de six start-up françaises ont reçu des courriers recommandés du cabinet spécialisé dans la propriété industrielle du groupe Pasquier, les enjoignant expressément à renoncer à leur produit ou marque sous peine de poursuites. Le groupe industriel, basé à Cerqueux, dans le Maine-et Loire, est parti en guerre.

Atteint d'un cancer, Bernard Tapie est "très amaigri" selon Jacques Séguéla
Et d'ajouter: "Il m' annonce qu'on a trouvé des débuts de métastases et qu'il est condamné à une chimio qui n'était pas prévue". Face à Pascal Praud, Séguéla s'est exprimé avec l'accord de Tapie: "J'étais avec lui vendredi avec Bernard Kouchner.

Nos confrères citent le créateur des événements "Pitch in the plane", Gaël Duval, qui a déposé ce nom pour un événement dédié aux entrepreneurs qu'il organise en partenariat avec une compagnie aérienne. "Cette pression est grotesque (.)". Et il n'est pas seul. "Pitch Parties", "L'école du pitch", voici d'autres exemples d'événements et entreprises attaqués par Brioche Pasquier, qui ne veut visiblement rien entendre, refuse d'éventuels partenariats et ne souhaite pas négocier, préférant en passer directement par la case justice. "Ils auraient tout à y gagner", souligne Gaël Duval, "mais pour eux nous venons parasiter leur image de marque".

Jugé pour un acte sexuel avec une fille de 11 ans
Tous attendent les explications sur cette affaire à l'origine l'origine du débat juridique sur le consentement sexuel des mineurs .

L'Institut national de la propriété intellectuelle s'est plusieurs fois prononcé en faveur de Pasquier, qui a enregistré la marque "Pitch" dans plusieurs catégories, notamment celle dédiée à la formation et à l'éducation. Difficile malgré tout de ne pas rapprocher cette pratique de celle des "patent trolls" qui, aux États-Unis, ne gagnent leur vie qu'en exploitant devant les tribunaux des portefeuilles de brevets.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL