L'UE invite Téhéran à des discussions

Dominique Dufresne
Janvier 13, 2018

Le président français Emmanuel Macron a signifié jeudi par téléphone à M. Trump "la détermination de la France en faveur d'une application stricte de l'accord et l'importance de son respect par l'ensemble de ses signataires", selon l'Elysée.

Cette réunion a eu lieu alors que le président américain Donald Trump doit décider prochainement s'il rétablit ou non des sanctions contre Téhéran.

Le vice-Président américain Mike Pence avait précédemment annoncé l'intention des États-Unis de revoir les échéances de l'accord sur le nucléaire iranien et de signer des accords "plus durables". L'accord engage l'Iran à ne pas développer de programme nucléaire militaire, en échange de la levée de certaines sanctions économiques.

Bordeaux a trois noms pour en finir avec Gourvennec — FCGB
Mais j'ai aussi reçu beaucoup de témoignages de soutien, notamment de la part de grands entraîneurs français, et ça me touche beaucoup", a-t-il affirmé.

Si les Européens ont fait bloc derrière l'Iran, hier, ils ne lui ont pas pour autant accordé un statut de sainte-nitouche.

En octobre, il a refusé de certifier que l'Iran se pliait aux termes de l'accord, mais s'est abstenu de s'en retirer.

Les Européens se disent par ailleurs préoccupés au sujet du programme balistique iranien et affirment que l'Iran doit désormais user de sa position diplomatique régionale pour aider à une résolution des conflits au Yémen et en Syrie.

Exclu Public : Iris Mittenaere : Kev Adams bien vite remplacé !
Car après une brève discussion, le footballeur et la reine de beauté se seraient véritablement rapprochés. Voilà qui ne va pas pousser Hatem Ben Arfa à quitter Paris.

Si Washington sort de l'accord, la réponse de l'Iran sera " appropriée et lourde", et " les États-Unis vont certainement le regretter", a menacé lundi le porte-parole de la diplomatie iranienne, Bahram Ghassemi. "Nous continuerons d'exhorter nos amis à la Maison Blanche à ne pas le jeter à la poubelle", a lancé le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, mardi. Cet accord nous engage, comme tous les pays qui l'ont conclu. Cependant, deux autres sources américaines ont confié à l'AFP que Trump n'avait pas encore pris de décision.

Pour les Européens, ce serait une catastrophe. Même si la diplomate en chef de l'Union européenne, Federica Mogherini, tient à isoler ce dossier des nombreux autres sujets de contentieux avec Téhéran, M. Zarif devra répondre aux préoccupations de ses homologues français, allemand et britannique après les récentes violences contre des manifestants en Iran.

L'AFP a contribué à cet article.

General Motors prépare une auto sans volant ni pédales
Le véhicule n'aura ni conducteur, ni volant, ni pédales ou contrôles manuels. Il est élaboré sur la base de sa voiture électrique Chevrolet Bolt .

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL