Bizutage à l'Ensam d'Angers : sanctions et fin des périodes d'intégration

Dominique Dufresne
Janvier 13, 2018

Mercredi 10 janvier 2018, une commission disciplinaire interne s'est réunie à l'Ecole nationale supérieure des arts et métiers (Ensam) d'Angers à la suite de soupçons de bizutage: lors d'un rituel d'intégration en octobre 2017, des étudiants auraient été brûlés sur les bras avec une cuillère chauffée à blanc. La direction générale a décidé de mettre fin définitivement à la Période de Transmission des Valeurs, c'est-à-dire des soirées d'intégration. Les sanctions vont de l'avertissement jusqu'à 6 mois d'exclusion.

VIDÉO - "Altered Carbon" : une première bande-annonce spectaculaire pour la série Netflix
Le géant de la vidéo à la demande nous plongera dans un autre futur prochainement avec la mise en ligne de la première saison d'Altered Carbon - ou Carbone modifié chez nous.

"Malgré les mesures d'encadrement prises par mon prédécesseur au cours des 3 dernières années, cette période donne lieu à des dérives potentiellement dangereuses et qui ne sont pas admissibles dans notre établissement", a déclaré par communiqué Laurent Champaney, directeur général d'Arts et Métiers.

General Motors prépare une auto sans volant ni pédales
Le véhicule n'aura ni conducteur, ni volant, ni pédales ou contrôles manuels. Il est élaboré sur la base de sa voiture électrique Chevrolet Bolt .

S'il n'y a pas eu d'hospitalisation au moment des faits, la présidente du comité national contre le bizutage estime que cet acte s'apparente à "de la torture". En février 2016, les ministres de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, alertés par un rapport sur des pratiques de bizutage à l'Ensam, avaient promis de les faire cesser en réformant la gouvernance de l'école.

Un nonagénaire tue une pensionnaire d'Ehpad à coups de canne — Deux-Sèvres
Il évoque un " accident " et " un moment de démence " de la part de l'auteur des faits. Une enquête a été ouverte pour connaître les circonstances précises de ce drame.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL