France 3 suspend la diffusion de sujets "déséquilibrés" sur Laurent Wauquiez

Dominique Dufresne
Janvier 12, 2018

Une version donnée également par l'entourage du président de région, pour qui celui-ci "n'est pas interventionniste, que le sujet lui plaise ou pas". C'est la diffusion, mardi, du deuxième volet, consacré aux finances de la région et qui n'avait pas été visionné par la rédaction en chef avant sa diffusion, qui avait mis le feu aux poudres. La direction de France 3, quant à elle, justifie sa décision par lefait qu les reportages ont suscité "beaucoup de réactions". Selon l'AFP qui révèle l'information, la rédaction de France 3 s'est fortement émue de cette décision qu'elle juge liée à une intervention directe de Laurent Wauquiez. Selon un membre de la rédaction, joint par L'Express, le premier volet de la série avait pourtant été validé par le rédacteur en chef et les deux suivants par l'un de ses adjoints. "Prévoir 200.000 euros d'économies par an est pure spéculation", intervient la journaliste dans le sujet. Elle a en revanche demandé un droit de réponse suite aux reportages qui ont été diffusés lundi et mardi. Au sein de la rédaction, la décision de retrait des sujets a été jugée inadmissible et plusieurs journalistes mettent directement en cause le président de la région dans l'arrêt des programmes. André Faucon, directeur régional de France 3 explique: "On ne s'empêche pas de faire de l'investigation mais, dans la forme et sur le fond, on essaie d'être équilibré et plutôt mesuré". Et là, ce n'était pas le cas.

La suspension de la série intervient alors que Laurent Wauquiez, qui a fait ses vœux mercredi soir devant la région, est l'invité de l'émission politique dominicale de la chaîne. "On n'était pas dans les clous sur le plan du traitement politique et par rapport à notre tonalité de service public". C'est là que le Conseil régional a installé le 101, une école de code, qui forme 120 étudiants selon une pédagogie innovante et atypique: il n'y a pas le moindre enseignant, les corrections se font entre les étudiants et la machine. Contactée par France 3, la région réclame un droit de réponse mais affirme n'être pour rien dans la suspension de ces sujets.

Deux lycéens grièvement blessés à l'arme blanche — Marseille
Il a ajouté qu'il y aura une "équipe mobile académique de sécurité pour accompagner la communauté éducative autant que de besoin". Les deux adolescents, âgés de 14 et 16 ans, ont été transférés, dans un état grave, à l'hôpital Nord de Marseille.

Ce qui est sur, c'est que la colère gronde au sein de la rédaction de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes: "On a perdu toute crédibilité, la plupart des journalistes sont outrés". Une membre de la chaîne citée par l'agence estime que "beaucoup de gens nous ont demandé pourquoi la série n'était plus diffusée, il n'y a pas eu mot d'explication à l'antenne".

"Cette série était prévue depuis très longtemps; elle n'a pas été faite en catimini", souligne Myriam Figureau, déléguée du Syndicat national des journalistes (SNJ), en dénonçant "un choix éditorial fait à la demande d'un responsable politique".

Rugby : Bernard Laporte éclaboussé par un nouveau scandale ?
Interrogé par téléphone par le quotidien L'Équipe , le joueur du RC Toulon a nié toute utilisation de cette voiture fédérale. D'ici à 2020, la Fédération Française de Rugby créera quelques 220 emplois, des postes en CDI sur l'ensemble du territoire.

Le droit de réponse obtenu par Laurent Wauquiez sera d'une durée équivalente - trois minutes - et diffusé samedi dans les mêmes conditions que le sujet mis en cause - dans les journaux de 12h et 19h. "Le sentiment général, c'est l'atterrement", renchérit Daniel Pajonk, délégué du SNJ-CGT.

Catherine Deneuve défend la "liberté d'importuner" : l'actrice lynchée sur Twitter
Pour les féministes, cette tribune "banalise les violences " Une trentaine de féministes ont répondu à la tribune en publiant leur propre texte .

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL