L'étudiante radicalisée voulait frapper des lieux festifs — Rennes

Dominique Dufresne
Janvier 10, 2018

Une jeune femme née à Toulouse et inscrite à la Sorbonne à Paris avait pour projet de commettre un attentat dans plusieurs lieux festifs de Rennes.

Côte d'Ivoire : De nouvelles tensions entre militaires à Bouaké
Dans la foulée, le chef de l'armée Sékou Touré avait présenté des excuses à la Nation pour les mutineries qui ont éprouvé le pays. Des hommes armés provenant d'autres unités ont alors investi le camp, détruit des bureaux et incendié quatre véhicules.

Un attentat a-t-il été évité de justesse à Rennes? Placée en garde, elle a avoué d'emblée être "une islamiste convaincue, fière des attentats commis en France ", revendiqués par l'organisation État islamique. Elle a été repérée alors qu'elle tentait de se procurer une kalachnikov par le biais de l'application de messagerie cryptée Telegram. Au cours de ses auditions, elle aurait assumé avoir pratiqué la "taqya", c'est à dire dissimuler ses convictions derrière des comportements "classiques". Elle affirme regretter de ne pas avoir pu passer à l'action. Ce mercredi 10 janvier, Le Point lève le voile sur les intentions de la jeune femme et révèle ses déclarations aux enquêteurs. "Cette jeune fille vivait en couple et sans signe extérieur de radicalisation", confie au Point une source proche de l'affaire. Et d'ajouter: "Elle sortait et avait une vie sociale normale". Elle participait à des soirées entre étudiants et buvait de l'alcool.

Bitcoin : Nabilla mise en garde par le gendarme des marchés
Mardi, l'autorité des marchés financiers (AMF) s'est adressée, via son compte Twitter , à. Et de préciser: " c'est gratuit, il n'y a rien à perdre ". "Restez à l'écart".

Lors de la perquisition de son domicile, les enquêteurs ont saisi un testament rédigé en vue d'un futur passage à l'acte à Rennes en raison d'une présence "moins importante de policiers ".

Un juge américain bloque l'abrogation du programme DACA
Le programme a permis à 690 000 jeunes immigrés en situation illégale de travailler et d'étudier légalement aux Etats-Unis. Un programme mis en place sous Obama .

"Mise en examen pour " association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle", elle a été placée en détention provisoire." explique Le Point, alors qu'une deuxième jeune femme aurait été arrêtée à Villeurbanne fin décembre.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL