Les infections alimentaires font 250 morts chaque année

Olivia Lacan
Janvier 9, 2018

L'étude, parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'agence sanitaire Santé publique France, estime le nombre annuel de cas avec symptômes, de cas hospitalisés et de décès pour 21 agents pathogènes (10 bactéries, 3 virus, 8 parasites) transmis à l'homme par l'alimentation, en France métropolitaine, sur la période 2008-2013.

Les auteurs ont en effet relevé pour chaque année entre 1,28 et 2,23 millions de cas, 15.793 à 21.159 hospitalisations et entre 232 et 358 décès.

Une batterie explose dans un Apple Store et fait un blessé — IPhone
Ces dernières ne sont pas toujours aux normes, ce qui peut être dangereux au niveau de la sécurité et par extension de la santé. Aucune information précise sur la batterie en question, elle est actuellement en cours d'analyse.

Les chercheurs jugent que le risque d'infection alimentaire reste " élevé " en France.

En France, environ 70% des cas et des hospitalisations d'origine alimentaire sont des infections dues à des norovirus, aux bactéries Campylobacter et aux salmonelles, indique l'étude. Raison pour laquelle les autorités ont réagi promptement lorsque la présence de salmonelles dans l'usine de Lactalis de Créon a été portée à leur connaissance. Représentant moins de 0,1% des cas symptomatiques d'origine alimentaire, la listéria occupe le deuxième en rang en termes de mortalité (65 décès, soit 25% du nombre total de décès), derrière les salmonelles (26% du total). Les norovirus apparaissent responsables du plus grand nombre de cas (517 593 cas, soit 34% du nombre total de cas d'origine alimentaire). Au troisième rang pour le nombre d'hospitalisations (3.447 hospitalisations, 20% du total), ces virus ne se placent qu'au 7e rang pour les décès (8 morts, soit 3% du nombre total).

Argenteuil : un contrôle de police tourne mal
Selon nos informations, de fortes odeurs de cannabis émanant d'un véhicule stationné ont alerté quatre policiers. Un des policiers a été blessé à la tête et s'est vu prescrire dix jours d'incapacité temporaire de travail (ITT).

Le virus de l'hépatite E semble le plus préoccupant avec 59.300 cas d'origine alimentaire, dont 500 hospitalisations et 18 décès chaque année.

Mort de Rémi Fraisse, la justice prononce un non lieu
Le décès du militant entraînera également l'interdiction pour les forces de l'ordre d'encore recourir aux grenades "offensives". Dans la foulée de la mort du jeune homme, les travaux de construction du barrage controversé ont été immédiatement arrêtés.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL