Teva. 14.000 postes supprimés pour le géant pharmaceutique

Elisee Touchard
Décembre 16, 2017

Le groupe israélien Teva, numéro un mondial des médicaments génériques confronté à de sérieuses difficultés financières, a annoncé la suppression de 14.000 emplois dans le monde au cours des deux prochaines années, soit 25% de ses effectifs. Les centres de recherche et développement, le siège et différents bureaux à travers le monde seront également touchés. La majorité des licenciements est prévue en 2018.

Teva a indiqué que le dividende sur les actions privilégiées convertibles serait évalué trimestriellement.

Dans une lettre transmise aux employés, le patron de Teva, Kare Schultz, explique que cette restructuration est "cruciale au rétablissement de notre sécurité financière et à la stabilisation de notre entreprise".

Troisième hausse des taux cette année — Fed
La présidente Janet Yellen, 71 ans, a tenu une ultime conférence de presse alors que son mandat de quatre ans s'achève en février. Elle anticipe également que le taux de chômage passera sous la barre des 4 % pour atteindre 3,9 % au quatrième trimestre.

"Une stratégie à long terme viendra plus tard dans l'année. À court terme, nous devons nous concentrer sur la nécessité de générer de la trésorerie, assurer des revenus à court terme et le service de notre dette ". La dette actuelle de Teva Pharm. Ltd est évaluée à 35 milliards de dollars. Après l'échec de son OPA hostile sur l'américain Mylan, en 2015, Teva a racheté en 2016 Actavis, la filiale de médicaments génériques basée en Irlande de l'américain Allergan pour 40 milliards de dollars (34,4 milliards d'euros), soit une somme beaucoup trop élevée, selon les analystes.

Le marché des génériques est en effet de plus en plus concurrentiel, notamment de la part des pays à bas coût, ce qui pèse sur les marges.

Teva a en outre essuyé un rude coup début octobre avec la décision du régulateur américain des médicaments, la FDA, d'approuver la commercialisation d'une version générique du traitement vedette de Teva, le Copaxone, contre la sclérose en plaques. Selon les calculs de la banque Morgan Stanley, les ventes de ce médicament pourraient être divisées par trois en trois ans.

Le médiateur de l'ONU discrédité par son appel à Moscou (Damas) — Syrie
Il a également salué la "participation constructive" de l'opposition syrienne. En revanche, "je dois dire, (.) que l'opposition l'a fait".

Le titre de Teva est en dégringolade de près de 60 pour cent cette année. Mais le laboratoire fondé à Jérusalem en 1901 n'en demeure pas moins considéré comme l'une des entreprises phare de l'économie nationale. La déclaration de Teva ne précise pas le nombre exacte d'employés licenciés en Israël, mais celui-ci devrait être proche des 1750, dont 1 200 personnes licenciées en 2018.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est entretenu jeudi 14 décembre avec le PDG de Teva et lui a demandé de faire tout son possible pour limiter les dégâts sociaux et préserver l'identité israélienne de la compagnie, ce à quoi M. Schultz s'est engagé, ont rapporté les services du chef de gouvernement.

Halilhodžić allume les détracteurs de Emery — PSG
La police judiciaire, qui tente d'exploiter les images vidéo, a été saisie par le parquet de Paris. La porte à double-battant du domicile aurait volé en éclats.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL