Lafarge en Syrie: le groupe admet des "erreurs inacceptables"

Dominique Dufresne
Décembre 6, 2017

Trois anciens dirigeants de Lafarge, dont l'ex-directeur général Bruno Lafont et l'ex-directeur général de LafargeHolcim Éric Olsen, ont été placés ce mercredi en garde à vue. Ils ont été placés en garde à vue, a précisé une source judiciaire, et pourraient ensuite être présentés aux juges d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen. Interrogé sur ce dernier, Beat Hess répond: " Je n'étais pas dans l'entreprise à l'époque, mais je n'ai aucune raison de douter de Bruno Lafont, au regard de notre enquête interne.

Disparition inquiétante d'un père et de sa fille en Ariège
De corpulence mince, il a les cheveux courts et grisonnants. Elle a les cheveux bruns et les yeux clairs. Aucune piste n'est privilégiée.

La justice française enquête sur les conditions dans lesquelles le groupe français, absorbé en 2015 par le Suisse Holcim pour former le géant du ciment LafargeHolcim, a maintenu en 2013-2014 ses activités en Syrie dans une zone de conflit, tenue notamment par l'organisation État islamique (EI). Puis Bruno Pescheux, directeur de l'usine de 2008 à 2014, et Jean-Claude Veillard, directeur sûreté chez Lafarge, ont été mis en examen à leur tour. "Si rien ne me remontait, c'est que rien de matériel ne se produisait", avait-il assuré en janvier aux enquêteurs du SNDJ. Trois d'entre eux avaient reconnu des versements litigieux, dont Christian Herrault. Dans un rapport accablant pour la maison mère, les douanes judiciaires ont pourtant conclu qu'"il serait tout à fait étonnant que Bruno Lafont n'ait pas demandé à son équipe de direction d'avoir un point précis de la situation d'une cimenterie dans un pays en guerre".

Un incendie ravage la Californie du Sud, 27.000 personnes évacuées
Plus de 40 personnes sont mortes en octobre dans plus d'une dizaine de feux qui ont ravagés une partie du nord viticole. Les incendies s'alimentent d'épaisses broussailles qui ne demandent qu'à prendre feu après des années de sécheresse.

Les investigations s'attachent aussi à déterminer si le groupe a tout fait pour assurer la sécurité des employés syriens de la cimenterie, qui avaient notamment dû s'enfuir par leurs propres moyens quand l'EI a pris le contrôle du site en septembre 2014. Devenu directeur général de LafargeHolcim en 2015, M. Olsen a démissionné en avril à la suite de cette affaire. L'enquête est menée depuis juin par deux juges d'instruction du pôle financier et un juge antiterroriste.

Kev Adams dans Rendez-vous en Terre Inconnue : "J'ai vraiment craqué"
Pour ce nouveau numéro, Frédéric Lopez a convié Kev Adams à vivre une expérience hors du commun. Je lui ai dit 'Est-ce que tu as vu le programme?' J'ai compris que pas trop".

Dans un entretien, accordé au Figaro dimanche 3 décembre 2017, Beat Hesse parle d'"erreurs inacceptables que le groupe regrette et condamne", à propos du dossier des pots-de-vin remis à des groupes islamistes par les dirigeants de la raffinerie syrienne de Lafarge. Une vaste perquisition a eu lieu les 14 et 15 novembre au siège du cimentier à Paris.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL