Syrie: Perquisition en cours chez LafargeHolcim à Paris

Dominique Dufresne
Novembre 15, 2017

"Nous coopérons pleinement avec les enquêteurs, mais nous ne pouvons faire davantage de commentaires sur cette enquête en cours", a déclaré une porte-parole de Lafarge à l'AFP.

Par ailleurs, GBL, qui détient une participation de 9,4% dans le cimentier, a également annoncé mardi que ses locaux avaient été perquisitionnés en Belgique dans le cadre de cette affaire. Quoique le nom du cimentier franco-suisse ne soit pas cité dans ce message, c'est bien du groupe de matériaux de construction qu'il s'agit, comme l'a confirmé à l'AFP une source proche du dossier.

Après l'iPhone X, à quoi va ressembler l'iPhone en 2018 ?
Cela permettrait à Apple de le proposer à un tarif milieu de gamme compris dans une fourchette allant de 650 à 750 dollars. Le modèle à écran LCD bénéficierait d'une résolution d'écran légèrement inférieure à celles des iPhone 8 et 8 Plus .

Malmené à la Bourse de Paris à la suite de ces informations, le titre LafargeHolcim a clôturé en baisse de 1,95 %. Les investigations, menées par trois juges d'instruction, s'attachent à déterminer si le géant du ciment a transmis de l'argent à certains groupes djihadistes en Syrie, notamment l'organisation État islamique, pour continuer à faire fonctionner en 2013 et 2014, malgré le conflit, la cimenterie de Jalabiya, située au nord du pays.

"LafargeHolcim rappelle qu'il a condamné avec la plus grande fermeté les erreurs commises en Syrie et qu'il met tout en place pour qu'une telle situation ne puisse plus se reproduire". En parallèle, le siège de Lafarge à Paris a lui aussi été visité par des policiers français.

Aoun veut des éclaircissements sur Hariri, qui réapparaît à Ryad
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane avait alors accusé Téhéran d' "agression militaire directe " contre son pays. Hariri a annoncé sa démission surprise le 4 novembre.

Le scandale avait été révélé en juin 2016 par une enquête du journal Le Monde qui avait mis en lumière de "troubles arrangements" entre Lafarge Cement Syrie (LCS), branche syrienne du groupe, et l'organisation Etat islamique alors que le groupe jihadiste gagnait du terrain et devenait incontournable dans la région.

Les enquêteurs soupçonnent aussi LCS de s'être, sous couvert de faux contrats de consultants, approvisionné en pétrole auprès de l'EI qui avait pris, à partir de juin 2013, le contrôle de la majeure partie des réserves stratégiques d'or noir en Syrie.

Danièle Obono recalée par Israël
Les autorités israéliennes recommandent donc par avance aux élus français " de ne pas prendre l'avion du tout ". Les autorités leur reprochent d'être partisans du boycott de l'État hébreu.

A ce jour, les magistrats instructeurs ont interrogé plusieurs ex-employés syriens de l'usine.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL