Suivez les commémorations des attentats du 13 novembre

Dominique Dufresne
Novembre 13, 2017

En milieu de journée, le président de la République, qui vit là son premier anniversaire des événements du 13 novembre en tant que chef de l'État, se rendra finalement sur la place de la mairie du XIe arrondissement. Dans une tribune publiée dans le Huffington Post dimanche matin 12 novembre, Michael Dias s'en prend à Emmanuel Macron.

Deux ans après les attentats de Paris qui ont fait au total 130 morts, Emmanuel Macron se rendra lundi sur chacun des lieux frappés par les attaques du 13 novembre 2015: sur le parvis du Stade de France, à Saint-Denis; puis sur les terrasses des cafés et restaurants touchés, le Petit Cambodge, Le Carillon et La Belle Équipe, dans les 10e et 11e arrondissements parisiens; enfin au Bataclan, où périrent 90 victimes.

Le roi Mohammed VI rencontre l'émir du Qatar ce dimanche
Selon plusieurs sources concordantes, le roi Mohammed VI est attendu ce dimanche après-midi 12 novembre à l'aéroport international Hamad, à Doha.

Même les commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale inaugurées par l'ancien chef de l'Etat socialiste n'ont pas trouvé grâce aux yeux du nouvel hôte de l'Elysée. "Le président de la République agit envers les victimes du terrorisme comme avec les plus défavorisés de notre pays, d'une façon tout simplement méprisante et inacceptable", écrit-il.

Le reste du billet critique plus largement les choix politiques du gouvernement, dénonçant une stigmatisation des plus précaires. Ses déplacements vont suivre chronologiquement les attentats, en commençant par le Stade de France où le président est arrivé lundi à 9 heures, en compagnie d'élus locaux et régionaux, dont Valérie Pécresse et Anne Hidalgo. "Pour avoir la confirmation de la présence du président Macron sur le site du stade de France, j'ai du faire des pieds et des mains avec la mairie de Saint-Denis, le député de Saint-Denis.sa présence n'était pas prévue sur le site du stade de France".

Les invités de Thierry Ardisson ce samedi 11 novembre — Salut les Terriens !
On ne peut pas, même avec plusieurs décennies d'écart, tuer des millions de juifs pour faire venir des millions de leurs pires ennemis après.

La fille de Manuel Dias est également montée au créneau lundi matin.

"C'est symbolique, mais c'est plein de petites choses comme ça qui font que 2 ans après, c'est toujours le même combat en fait.".

Catalogne : la spectaculaire déconfiture des indépendantistes
En Espagne, le délit de rébellion est passible de 15 à 30 ans de prison, et celui de sédition d'un maximum de 15 ans . Au total, 150'000 passagers, dont 10'000 de trains à grande vitesse ont été touchés par des annulations ou retards.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL