Un député LREM accusé par son ex-assistante parlementaire — Agression sexuelle

Dominique Dufresne
Octobre 20, 2017

Les faits se seraient déroulés pendant la campagne des législatives puis après l'élection du dentiste de Forbach. Le cauchemar aurait alors commencé. Ce vendredi, France Info révèle que le député de la 6ème circonscription de Moselle, Christophe Arend est la cible d'une accusation de ce genre. Des remarques comme "T'as de belles fesses, ouais il te va bien ce pantalon", deviennent insupportables. "On se sent devenir une chose, 'objectifié'", rapporte la femme à Franceinfo. "J'ai eu tout de suite l'impression qu'il était intéressé dans le sens sexuel et émotionnel", témoigne celle qui a démissionné au mois de juillet après une série de phrases et gestes déplacés. La jeune femme se souvient particulièrement de l'une d'entre elles, lorsqu'elle a été plaquée contre un mur dans le cabinet dentaire de Christophe Arend: "Il approchait sa bouche, il voulait un baiser". "Il avait son corps à quelques centimètres de moi et je lui ai dit: 'Laisse-moi repartir, je ne supporte pas que tu me retiennes.'" Des gestes qui la font se sentir "humiliée" et "objectifiée".

Brexit: Londres "loin du compte sur les engagements financiers", selon Macron
La Première ministre britannique devra aller au-delà des 20 milliards d'euros déjà évoqués comme l'écrivait Le Monde . Rien d'officiel pour l'instant.

Sur le moment, elle préfère ne rien dire et garder l'histoire pour elle. Elle se raccrochait à cet espoir, "Je pensais que nos rapports deviendraient beaucoup plus professionnels au moment où il y aurait un contrat de travail. Je pensais que je serais davantage protégée", explique-t-elle. Les trois collègues louent un appartement à Paris pour les premiers pas de ce dernier à l'Assemblée. "Moi, j'ai compris. Dès qu'il arrive par derrière, je sais qu'il va essayer donc je me protège systématiquement les seins", assure-t-elle. En réponse, elle tente de lui mettre un coup de pied, mais le député s'écarte. Mais elle ne cède pas et commence à le "haïr". Christophe Arend a également porté plainte pour "dénonciation calomnieuse" avant d'assurer: "je n'ai aucune chose à me reprocher". "Il a tout fait pour me faire craquer". "Les remarques sexistes continuent, mais le niveau de tension est très fort. Par exemple, il passe et essaie de dégrafer mon soutien-gorge, de me toucher les seins". L'homme lui aurait touché les seins par surprise, ou encore enfoncé un doigt dans la bouche en mimant une fellation, adoptant un comportement agressif face à ses refus répétés. En septembre, elle reprend son entreprise mais la souffrance est toujours présente. "Avec sa compagne, il est très amoureux", déclare-t-elle.

Macron en Guyane : la note de l'Élysée qui fait polémique
Contacté par le journal France-Guyane, l'Elysée a reconnu " une erreur " et a évoqué une note interne qui "aurait dû être réactualisée" avant sa diffusion.

Arend "conteste les faits" et il a "pour sa part déposé plainte pour dénonciation calomnieuse", a indiqué son avocate vendredi dans un communiqué.

Payet : "On a les armes pour gêner le PSG"
Après, on n'a plus perdu pendant six mois... "Ce n'est pas un match lambda". Ce match est important pour nous, le club, la ville et les supporters.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL