Mélenchon dénie à Macron le droit d'imposer le drapeau européen

Dominique Dufresne
Octobre 13, 2017

L'ancien député européen a rétorqué qu'Emmanuel Macron n'avait pas "le droit d'imposer à la France un emblème européen confessionnel".

"Engagé dans un mano a mano sans fin avec Jean-Luc Mélenchon depuis le début de son quinquennat", le président de la République était au même moment "à l'Université de Francfort, en présence notamment de Daniel Cohn-Bendit "pour débattre sur l'Europe [L'Obs]".

La Banque mondiale revoit à la baisse la croissance de l'Afrique subsaharienne
Il indique que la croissance est restée stable dans les pays dont les économies sont moins dépendantes des matières premières comme l'Ethiopie et le Sénégal.

Hier mercredi 12 octobre, l'Assemblée nationale a examiné et rejeté un amendement de la France insoumise proposant de retirer le drapeau européen de l'hémicycle.

"Le bureau de l'Assemblée nationale a considéré que cet hémicycle est le lieu emblématique de nos débats nationaux et de l'élaboration de la loi nationale, en fonction de quoi, nous n'avons mis que le drapeau français", avait justifié M. Debré. Il y a alors annoncé que "lors du prochain Conseil européen (...) [il affirmerait] officiellement que la France reconnaît le statut de l'Hymne européen et du drapeau européen" [Le Figaro]. Pour Alexis Corbière, député LFI et porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, la nature de ce drapeau doit conduire à sa sortie de l'hémicycle: "Son créateur, Monsieur Arthur Heitz (en réalité Arsène Heitz, Ndlr) l'a toujours assumé: c'est un symbole religieux". "La Belgique, la Bulgarie, l'Allemagne, la Grèce, l'Espagne, l'Italie, Chypre, la Lituanie, le Luxembourg, la Hongrie, Malte, l'Autriche, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie et la Slovaquie déclarent que le drapeau représentant un cercle de douze étoiles d'or sur fond bleu, l'hymne tiré de "l'Ode à la joie" de la Neuvième symphonie de Ludwig van Beethoven (.) continueront d'être, pour eux, les symboles de l'appartenance commune des citoyens à l'Union européenne et de leur lien avec celle-ci", indique le document. En effet, la France n'a pas ratifié l'article 52 des déclarations annexées au traité de Lisbonne de 2007, à l'inverse de 16 autres pays de l'Union européenne. "Il n'est pas le sien et la France a voté contre son adoption sans ambiguïté", s'est offusqué le député de Marseille dans un communiqué, faisant référence au rejet de la Constitution européenne de 2005.

Grippe : Sanofi veut augmenter sa production de vaccin
Avec ce nouveau bâtiment, Sanofi Pasteur va pouvoir produire en grande quantité son nouveau vaccin antigrippal quadrivalent: VaxigripTetra.

Ce qui est critiqué par la France insoumise, c'est entre autres l'origine de la bannière étoilée, considérée comme "confessionnelle".

Informé de cette affaire, Emmanuel Macron a décidé d'agir.

La Commission électorale de la RD Congo annonce l'élection présidentielle pour 2019
Une déclaration qui enterre définitivement l'accord entre le pouvoir et l'opposition du 31 décembre 2016. La rhétorique justificative est toujours la même pour tous les reports annoncés depuis décembre 2016.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL