La Banque mondiale revoit à la baisse la croissance de l'Afrique subsaharienne

Elisee Touchard
Octobre 12, 2017

"Ils doivent également mettre en place des mesures structurelles pour résister aux chocs, stimuler la productivité, renforcer les investissements et favoriser la diversification de l'économie", explique Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour l'Afrique. A terme, indique le rapport, l'Afrique subsaharienne devrait bénéficier d'une reprise modérée de l'activité économique, avec une projection de croissance estimée à 3,2% en 2018 et 3,5% en 2019.

La croissance économique algérienne a atteint un taux de 3,7% au premier trimestre 2017, selon un rapport de la Banque mondiale (BM), publié ce mercredi 11 octobre. Cette renaissance est due au fait que les deux locomotives du continent à savoir l'Afrique du Sud et le Nigéria aient renoué avec une croissance après respectivement deux et cinq mois de performances négatives entraînant dans leur sillage la croissance régionale. Par ailleurs, l'amélioration de la conjoncture internationale, à la faveur notamment de la hausse des cours des produits issus des industries extractives et du retour des flux de capitaux a contribué à ce relèvement, précise le rapport.

Handicapé, il bondit du fauteuil et poursuit son hôte avec une hache
Handicapé d'une jambe et d'un bras, il bondit néanmoins hors de son fauteuil et commence à poursuivre son ami, un hache à la main. Toujours selon la Dépêche du Midi , une enquête a été ouverte et confiée à la communauté de brigades de Cugnaux.

Le rapport met en garde contre la mollesse persistante de cette embellie, insuffisante pour accroître le revenu par habitant en 2017, malgré des perspectives positives. Selon les propos tenus par l'économiste au cours de cette conférence de presse qui a été retransmise dans plusieurs pays africains par vidéoconférence, la région connaît une reprise à plusieurs vitesses. Il indique que la croissance est restée stable dans les pays dont les économies sont moins dépendantes des matières premières comme l'Ethiopie et le Sénégal.

Sur l'ensemble de l'année en cours, la croissance économique devrait modestement s'établir à 2,2%, avant de ralentir davantage en 2018, précise la même source. Les pays de la région sont ainsi invités à redoubler d'efforts pour remédier à l'insuffisance des recettes et contenir les dépenses afin d'atteindre l'équilibre budgétaire.

Un retour en douceur pour Roger Federer
Federer reste invaincu face au bulgare de 28 ans, 41e mondial, en quatre confrontations. Le no 2 mondial avait certes brillé fin septembre en offrant la Laver Cup à l'Europe.

En revanche, poursuit le document, les perspectives de croissance resteront faibles dans les pays de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), car la plupart d'entre eux luttent toujours pour s'adapter aux prix bas du pétrole dans un contexte de baisse des recettes et de niveaux d'endettement élevés. La Banque mondiale annonce une accélération de l'essor économique, "porté par de solides investissements publics, surtout en Côte d'Ivoire eu au Sénégal". "En outre, ces performances modérées ne pourront entraîner qu'une hausse modeste du revenu par habitant...", informe l'économiste principale de la Banque mondiale Punam Chuhan-Pole qui a dirigé ce rapport.

Bientôt la fin du 'Monde de Nemo' ? Les poissons-clowns en danger
Les poissons-clowns, par exemple, se servent des anémones pour se protéger de leurs prédateurs et y pondre leurs œufs chaque mois .

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL