Un bouton Snooze pour faire taire les amis ennuyeux — Facebook

Felicite Anouilh
Septembre 19, 2017

Le réseau social teste un bouton Snooze qui sera moins radical que de rompre une amitié (au sens Facebook du terme). Cependant, Facebook n'a pas confirmé s'il s'agissait d'un simple test ou si ce bouton "Snooze" était appelé à être déployé prochainement.

On a toutes et tous, sur Facebook, des amis qu'on apprécie mais qui, à certains moments, se montrent trop entreprenants et dévoilent un peu trop leurs opinions à leur gôut. Les trop envahissants parlent de tout et de rien, publient des fake news en expliquant son avis personnel sur différents thèmes comme la politique ou d'autres actualités, jusqu'à s'immiscer dans votre vie privée. Difficile de les supprimer de votre liste d'amis même si c'est ce que vous voulez faire.

La NBA lance des maillots connectés
A Los Angeles, Nike a voulu marquer les esprits en célébrant de manière triomphale son arrivée officielle en NBA. Un joueur de chaque équipe s'est présenté avec la nouvelle tunique.

C'est une information relayée par Techcrunch : Facebook est en train de tester un bouton "Snooze". Pour le moment, cette fonctionnalité ne concerne qu'un nombre réduit d'utilisateurs aux Etats-Unis.

Pour ne plus voir l'amie un peu gênant sur votre fil d'actualité, un seul clic et le réseau social propose plusieurs durées de "mise en veilleuse": 24 heures, 7 jours ou mois. Tout juste pouvez-vous décider de ne plus "suivre" certains de vos amis, mais c'est l'assurance de ne plus jamais avoir l'oeil sur la moindre de leurs publications.

Le "Dieselgate" causerait 5000 morts par an
Un constat logique quand on sait que ce sont les trois pays qui possèdent le plus de véhicules diesel . Une étude parue en mai dans la revue Nature avait ainsi tablé 38 000 décès " prématurés " en 2015.

Pour permettre une solution temporaire et bénéfique, Facebook met en place une nouveauté appelée "Snooze" (sieste en français), permettant de cacher les publications de pages et utilisateurs temporairement.

Un campus de l'université de Reims fermé après l'installation de migrants
Par le passé, des établissements du supérieur avaient connu des occupations sans pour autant devoir fermer leurs portes. Pour assurer la sécurité des étudiants, du personnel universitaire et des réfugiés , l'établissement a été fermé.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL