Dix-huit réfugiés tués dans l'est de la RDC

Dominique Dufresne
Septembre 16, 2017

Les forces de sécurité ont tué au moins 18 réfugiés burundais dans un camp de l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris auprès de militants et de source diplomatique. Les FARDC ont voulu tirer "des balles en l'air mais ils ont été débordés par les jets de pierres ", a déclaré à l'AFP Josué Boji, directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur du Sud-Kivu.

Facebook s'implante à Montréal — Intelligence artificielle
Pour l'heure, la professeur Pineau conservera ses fonctions de professeur et chercheur à l'Université McGill. Le créateur de Facebook ne partage pas les craintes d'Elon Musk sur l'intelligence artificielle.

Selon Wendo Joël, un militant de la région, les forces congolaises ont ouvert le feu vendredi sur des réfugiés qui venaient de tuer un soldat et tentaient de libérer plusieurs des leurs, arrêtés par les services de renseignement, dans ce camp situé dans la ville de Kamanyola. Un militaire congolais a également été tué dans ces violences.

Quand South Park rend fous Alexa et Google Home
Certains se sont donc retrouvés aves des listes de courses ou des alarmes enregistrées, sans avoir eu leur mot à dire. South Park démarre donc sa saison 21 en trombe et la série prouve qu'elle en a encore sous le capot.

Des dizaines de corps sont alignés, ce samedi matin, devant la base temporaire de la Monusco, à Kamanyola, où sont réfugiés des milliers de civils. "J'ai vu des gens tomber, des hommes, des femmes et des enfants qui n'avaient aucune arme", a-t-il témoigné. La majorité d'entre eux sont des adeptes de la prophétesse Zebiya, qui assure avoir des visions de la Vierge dans le nord du Burundi. Le Burundi traverse une grave crise politique émaillée de violences, depuis la candidature en avril 2015 du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé et sa réélection en juillet de la même année.

A woman has been arrested for allegedly breaking into Prince George's school
It was revealed by his dad, Prince William , when he took a tour around the McLaren Automotive Headquarters in Woking on Tuesday. A Kensington Palace spokeswoman said: "We are aware of the issue but we wouldn't comment on security matters".

Dans une série de tweets, Alain-Aimé Nyamitwe a dit sa consternation et a demandé au Haut-Commissariat des nations pour les réfugiés (UNHCR) et à la MONUSCO un éclairage sur les circonstances de cet événement.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL