Pour un général nord-coréen, Donald Trump a perdu la raison

Dominique Dufresne
Августа 13, 2017

"Nous verrons ce qui se passera", a-t-il dit, au lendemain d'un tweet particulièrement menaçant dans lequel il insistait sur la puissance de l'arsenal nucléaire américain.

La Corée du Nord ne fait pas grand cas des grands mots de Donald Trump. "Nous leur répondrons par le feu et la fureur, dans des proportions que le monde n'a jamais connues", a dit M. Trump depuis son centre de golf et de villégiature du New Jersey. Le président chinois Xi Jinping en a directement fait part à Donald Trump dans un entretien téléphonique samedi.

La Corée du Nord a en outre précisé le calendrier de son projet de tir de missile vers l'île de Guam, rattachée aux États-Unis.

Selon l'agence officielle KCNA, l'armée nord-coréenne aura achevé à la mi-août ses plans pour une attaque contre ce territoire américain du Pacifique.

En réponse, le Japon a commencé aujourd'hui à déployer son système de défense antimissile Patriot.

Читайте также: Près des deux tiers des Français insatisfaits par l'action d'Emmanuel Macron

Mardi, Donald Trump avait affirmé que la Corée du Nord se heurterait "au feu et à la colère" des États-Unis si jamais les menaces de Pyongyang continuaient. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A la question de savoir s'il y aurait d'éventuelles frappes préemptives sur la Corée du Nord, Trump a averti que Pyongyang devrait se tenir sur le qui-vive. Selon lui, les relations sino-américaines sont sur une bonne dynamique et peuvent même encore s'améliorer. "(...) La donne a changé" a déclaré la pensionnaire de la Maison Blanche. Pékin a enjoint aux Etats-Unis et à la Corée du Nord de "faire preuve de prudence" et a exhorté Pyongyang à éviter les "démonstrations de force". Le Chine a ainsi proposé à plusieurs reprises un double "moratoire": l'arrêt simultané des essais nucléaires et balistiques nord-coréens et des manoeuvres militaires conjointes de Washington et Séoul.

À chaque jour son lot d'amabilités par médias interposés entre la Corée du Nord et les États-Unis. Cette résolution d'inspiration américaine pourrait priver la dictature nord-coréenne de plus de 1 milliard de dollars de revenus par an, alors qu'elle a enregistré, en 2016, une progression record de son PIB depuis 17 ans. "Il est clairement temps pour toutes les parties de se concentrer sur les moyens de faire baisser les tensions", a renchéri Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres. "Je ne vois pas de solution militaire à ce conflit", a mis en garde vendredi la chancelière allemande Angela Merkel. Les deux présidents "ont réitéré leur engagement mutuel envers une dénucléarisation de la péninsule coréenne", a indiqué la Maison-Blanche. "Cela ne va pas continuer comme ça", a-t-il affirmé.

Le Pentagone dispose actuellement de 28.500 soldats en Corée du Sud. Pour protéger le terrain des missiles à moyenne portée de Kim Jong-Un, les Etats-Unis ont déployé un bouclier anti-missiles, le THAAD, qui peut intercepter les lanceurs à haute altitude.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2017 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Autres rapports

Discuter de cet article