Airbnb : les loueurs parisiens passent à la caisse

Elisee Touchard
Août 11, 2017

À lui seul, l'un d'entre eux, propriétaire de 13 appartements qu'il louait aux touristes, avait écopé de 130 000 euros d'amende. Cette sanction vise surtout les multipropriétaires, inscrivant leurs biens sur des sites comme Airbnb, qui recense pas moins de 60 000 offres sur la capitale, pour échapper à la règle des 120 jours de location légaux.

PSG : Jesé direction la Fiorentina ?
Par ailleurs, ce dernier pourrait peut être se retrouver du côté de la Série A plus précisément à la Fiorentina . Le Corriere dello Sport évoque un prêt avec option achat pour le milieu de terrain espagnol.

La DLH, Direction du Logement et de l'Habitat, mène régulièrement des opérations dans les appartements mis en location sur Paris pour débusquer les abus.

Issa Hayatou tacle Ahmad son successeur
Pour le cas du Cameroun, il n'y a encore eu aucune inspection, et les gens disent que nous n'avons rien. Personne ne peut dire que le Cameroun n'a rien fait. "Ce n'est pas possible.", a-t-il insisté.

La ville de Paris part à la chasse aux locations illégales d'appartements meublés, principalement effectuées via la plateforme Airbnb.

SC Bastia : Le groupe de repreneurs jette l'éponge
Des chiffres dévoilées ce jeudi matin dans les colonnes de Corse-Matin. Les repreneurs du Sporting Club de Bastia se sont retirés. La folle descente aux enfers de Bastia se poursuit.

Le montant total des amendes pour location illégale à Paris a été multiplié par treize en seulement un an, d'après une information de France Inter et du Parisien. "On ne peut pas accepter d'avoir des centre-villes complètement désertés parce que des logements ont été transformés en machine à cash pour des touristes" déclare Ian Brossat, adjoint au logement à la ville de Paris, à France Inter. Autre raison invoquée par la DHL: le juge est plus sévère car les propriétaires sont désormais censés connaître la loi. En 2014, la Ville de Paris avait infligé un total de 560 000 euros d'amendes à 54 propriétaires. Avant, il y avait le bénéfice du doute.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL