La HAS prépare des documents d'information — Plagiocéphalie

Olivia Lacan
Августа 3, 2017

La HAS, qui relève "l'absence de travaux français" sur le sujet, a été saisie par Le Lien, une association de défense des patients, en vertu d'une procédure de "droit d'alerte" introduite par la loi Santé de 2016. Ce à quoi la HAS a répondu dans une réponse positive publiée en ligne qu'effectivement, " depuis la mise en œuvre des recommandations de couchage sur le dos pour prévenir la mort subite du nourrisson, une augmentation de la fréquence de plagiocéphalie a été observée.

Au Parisien/Aujourd'hui en France, la vice présidente de l'association Lien, Claude Rambaud explique: "il existe d'autres solutions, comme alterner le sommeil un jour côté droit, un jour côté gauche". Au-delà des considérations esthétiques, cette dernière pourrait provoquer chez les enfants des scolioses ou des déformations de la mâchoire.

Читайте также: Un bébé entre la vie et la mort après une chute dans la piscine de sa nourrice — Bordeaux

Si le docteur Thierry Marck, auteur du livre Mon bébé n'aura pas la tête de plate, se réjouit que "le problème arrive enfin sur la place publique", nombre de ses confrères craignent au contraire que la peur des plagiocéphalies remette en cause dans l'esprit du grand public l'obligation du couchage sur le dos. Cette position aurait ainsi permis de réduire le risque de mort subite du nourrisson particulièrement élevé dans les années 90.

Le crâne des nourrissons, dont les os ne sont pas encore soudés entre eux, est malléable et peut facilement se déformer. Ce taux montait à 19,7% à l'âge de quatre mois, pour redescendre à 6,8% à 12 mois et 3,3% à 24 mois. L'institution va élaborer des documents d'information sur la plagiocéphalie, l'aplatissement du crâne chez les bébés lié à leur couchage sur le dos, a-t-elle indiqué ce lundi, confirmant une information du Parisien. Cela peut s'accompagner de séances de kinésithérapie et d'ostéopathie. À l'inverse, l'Association nationale des centres référents sur la mort inattendue du nourrisson (Ancremin) s'alarme du fait que les craintes liées aux plagiocéphalies puissent remettre en cause le couchage sur le dos. Elle dénonce plutôt le fait que le bébé soit "empêché de varier ses postures", par exemple lorsqu'on l'installe trop longtemps dans des sièges normalement prévus pour le transport en voiture. "Passé l'âge de six mois, c'est difficile de rétablir la situation", poursuit-elle.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2017 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Autres rapports

Discuter de cet article