Des leaders de l'opposition à Maduro arrêtés

Dominique Dufresne
Août 3, 2017

Ces arrestations suivies de l'incarcération des deux leaders ont déclenché une vague de protestations internationale, les pays étant inquiets de la dérive autoritaire du régime de Maduro. "Nous avons reçu des informations des services de renseignements qui faisaient état d'un plan d'évasion", a expliqué la Cour suprême, dans un communiqué où il est également précisé que les deux opposants n'ont pas respecté leurs " conditions de détention " à domicile interdisant tout " prosélytisme politique " pour l'un et toute " déclaration à un quelconque média " pour l'autre.

Au surlendemain de l'élection contestée de l'Assemblée constituante, deux chefs de file de l'opposition vénézuélienne, Leopoldo Lopez et Antonio Ledezma, qui se trouvaient en résidence surveillée chez eux, ont été arrêtés, ont rapporté mardi 1 août leurs proches. "Nous avons appris la nouvelle" de l'arrestation de Leopoldo Lopez, fondateur du parti Voluntad Popular (Volonté populaire, droite), et du maire de Caracas, Antonio Ledezma, a indiqué une porte-parole de la Haute représentante de l'UE, Federica Mogherini, devant la presse. Les deux opposants avaient appelé à ne pas voter lors du référendum organisé dimanche dernier pour l'élection d'une Assemblée constituante.

La coalition de l'opposition Table de l'unité démocratique (MUD) a appelé à une nouvelle manifestation mercredi à Caracas afin de dénoncer "l'illégitimité" de la nouvelle Assemblée. Selon l'ONG Foro Penal, le Venezuela compte quelque 490 " prisonniers politiques ".

La coalition présidentielle largement en tête des législatives au Sénégal
Les résultats officiels, qui seront proclamés par le Conseil constitutionnel, sont attendus avant la fin de la semaine. Selon notre source, il n'y a pas eu de contestation de la part de l'opposition représentée par Moussa Sow.

Peu avant les débuts au Venezuela de la très contestée Assemblée constituante, voulue par le président socialiste Nicolas Maduro mais rejetée par l'opposition, l'entreprise informatique chargée du vote a annoncé que les chiffres de participation à l'élection avaient été "manipulés".

L'opposition, qui contrôle le Parlement depuis 2016, a boycotté le scrutin en dénonçant une "fraude" visant à prolonger le pouvoir de M. Maduro, dont le mandat s'achève en 2019. Selon lui, le Venezuela s'est réveillé lundi "plus divisé et isolé du reste du monde ".

Les Etats-Unis qui menaçaient depuis longtemps Caracas de sanctions et avaient déjà pris des dispositions à l'encontre de certains dirigeants vénézuéliens, ont adopté de leur côté un nouveau train de mesures, à l'encontre, cette fois, du président en personne.

Venezuela: l'installation de l'Assemblée Constituante est reportée d'un jour
Des preuves qui peuvent être ignorées si des auditeurs des partis d'opposition ne sont pas présents à l'énoncé des résultats... Selon l'ONG Foro Penal, le Venezuela compte quelque 490 "prisonniers politiques".

M. Maduro est le quatrième président seulement à être ainsi sanctionné par Washington, rejoignant les présidents syrien Bachar al-Assad, nord-coréen Kim Jong-Un et zimbabwéen Robert Mugabe.

Une dizaine de pays, depuis les Etats-Unis jusqu'à la Colombie, en passant par l'Argentine ou l'Espagne, ont annoncé qu'ils ne reconnaîtraient pas la Constituante. "Je n'obéis pas aux ordres impérialistes, je n'obéis pas aux gouvernements étrangers, je suis un président libre ", a rétorqué M. Maduro dans une allocution télévisée. A l'inverse, la Russie, Cuba, le Nicaragua, la Bolivie et le Salvador ont apporté leur soutien à M. Maduro.

Transfert: Mammana quitte Lyon pour le Zenit Saint-Pétersbourg
L'international argentin (3 sélections) avait été transféré l'été dernier à Lyon pour 7,5 M EUR, en provenance de River Plate. Son objectif est le Mondial 2018 en Russie et pour cela, il doit jouer le maximum possible.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL