Côte d'Ivoire/International/ L'un des plus gros icebergs se détache de l'Antarctique

Felicite Anouilh
Juillet 13, 2017

Il se trouve être l'un des plus grands jamais observés par l'homme. Tour d'horizon de ce géant des glaces dont la superficie est 55 fois plus grande que celle de la ville de Paris. Depuis des années, une crevasse était en train de fissurer cette barrière de glace, et a libéré aujourd'hui ce morceau de 200 kilomètres de long et 350 mètres de haut.

Les satellites de la NASA et de l'Agence spatiale européenne surveillaient l'évolution de la situation.

Mistral : Arles et Salon annulent le feu d'artifice du 14 juillet
Intitulé Coup de foudre, l'histoire raconte comment Montpellier déclare sa flamme et s'embrase pour ses habitants, ses visiteurs. Un nouveau feu d'artifice sera tiré à Salon de Provence le 22 août à l'occasion des fêtes de la libération.

La perte de cet iceberg ampute environ 12 % de la superficie de la barrière de glace Larsen C, selon les scientifiques.

Probablement baptisé "A68", l'iceberg n'aura pas d'impact sur le niveau des océans car il flotte déjà sur l'eau. Début juillet, le futur iceberg n'était ainsi plus relié au continent Antarctique que sur cinq kilomètres. Cependant, il n'a pas d'effet sur le niveau de l'océan étant donné qu'il flottait déjà.

Bloqués par Trump sur Twitter, ils attaquent le président américain en justice
Ce mardi 11 juillet, des utilisateurs du réseau social ont annoncé avoir intenté une action en justice contre le président des États-Unis.

Mais il faisait partie d'une gigantesque barrière de glace, nommée "Larsen C ", qui, à l'ouest de l'Antarctique, retient des glaciers capables, eux, de faire gagner 10 cm aux mers du monde s'ils finissaient par se trouver à terme exposés à l'océan, selon les chercheurs.

Professeur au département de géomatique de l'Université de Sherbrooke, Handy Granberg souligne que la séparation d'icebergs, aussi imposants soient-ils, est un " phénomène naturel " en Antarctique. "Certains morceaux resteront sans doute immobiles pour des décennies, tandis que d'autres iront vers le nord, dans des eaux plus chaudes". "À ce stade, il n'y a pas de raisons de penser que cet événement accélérera les taux de vêlage d'icebergs de Larsen C. Le vêlage d'icebergs, même de cette taille, est un processus normal en marge de plateforme glaciaire", explique à l'AFP Noël Gourmelen, glaciologue spécialisé dans l'observation de la Terre à l'université d'Édimbourg. Le front du glacier n'avait jamais autant reculé dans l'histoire des relevés.

Découvrez ce mercredi les résultats du Brevet de l'académie de Rouen
Pour l'académie de Bordeaux, les derniers informés, le suspense doit toucher à sa fin à 17 heures. Les candidats aux Brevet des Collèges savent maintenant s'ils ont obtenu leur diplôme.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL