Afrique du Sud: indignation après un strip-tease show dans une prison

Olivia Lacan
Juin 28, 2017

Trois femmes vêtues uniquement de body et de bottes en cuir noirs enlacent un homme en tenue de prisonnier dans la cour d'un centre de détention devant une foule de surveillants et de détenus. Elles ont également expliqué que les images avaient été prises le 21 juin dernier dans la prison de haute sécurité de Sun City. lors d'une journée d'animation.

Des photos montrant trois strip-teaseuses autour d'un détenu ont fait scandale après leur diffusion sur les réseaux sociaux. "Après enquête préliminaire, au moins 13 responsables officiels vont recevoir une lettre leur signifiant que nous réfléchissons à leur suspension", a confirmé le patron des services pénitentiaires, James Smalberger. "Nous veillerons à ce que les personnes reconnues coupables répondent de leur action, et aussi que des mesures suffisantes soient prises pour s'assurer que de tels incidents ne se répètent pas", a-t-il ajouté.

"Tu te rappelles de la matraque ?": Théo raconte les moqueries des policiers
Opéré en urgence pour une déchirure anale de 10 centimètres et une perforation du côlon, il porte une poche, "peut-être à vie". Comme "anesthésié" au moment où il subissait les coups, Théo ne décolère pas depuis les faits: "J'ai subi une torture".

La condamnation de cet incident par les autorités n'a pas calmé la colère des internautes sud-africains.

"C'est un scandale et une gifle en pleine figure des victimes de crimes", a réagi de son côté SA Crime Fighters, une association luttant contre la criminalité.

Pénicaud assure qu'elle n'a pas essayé d'étouffer l'affaire — Business France
La réponse de la ministre: " C'est moi qui ai alerté le conseil d'administration, c'est moi qui ai déclenché l'audit ". Mais une enquête préliminaire a été ouverte à ce sujet pour favoritisme, complicité et recel de favoritisme.

Le hashtag #PrisonStippers, utilisé sous les photos publiées sur Twitter, était en tête des tendances sur le réseau social en Afrique du Sud ce lundi. Certains estiment avoir été attristés du fait que des criminels aient eu droit à des séances de strip-tease, comme s'ils étaient félicités pour les atrocités qu'ils avaient commises: "Ils ont violé la loi et ils ont droit à un strip-tease ".

Article retiré, démissions: mauvaise passe pour CNN
La nouvelle portait sur une rencontre qui aurait eu lieu, avant l'inauguration présidentielle, entre un proche de M. L'article a été dépublié le lendemain, et à la place, CNN a adressé un message d'excuses à Anthony Scaramucci.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL