Affaire Grégory: le couple Jacob bientôt fixé sur son sort

Tristan Gaume
Juin 20, 2017

"La chambre de l'instruction a entendu nos arguments sur la faiblesse des charges", a déclaré devant la presse à la sortie du palais de justice de Dijon Me Stéphane Giuranna, qui défend Marcel Jacob, 72 ans.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon a étudié ce mardi matin le cas de Marcel et Jacqueline Jacob, le grand-oncle et la grand-tante de Grégory Villemin. Le couple avait été mis en examen et écroué vendredi dans l'affaire du petit Grégory. La décision a été mise en délibérée, elle devrait être donnée vers 16 heures.

Officiel : Guingamp boucle le remplaçant de Marçal
Actuellement en Pologne pour disputer l'Euro Espoirs, Rebocho portera le n°3 en Bretagne. L'international espoir portugais, Pedro Rebocho est officiellement guingampais.

Jacqueline Jacob, qui invoque son droit au silence depuis son arrestation mercredi dernier, a nié les faits qui lui sont reprochés.

Arrêtés mercredi dernier, le grand-oncle et la grand-tante de Grégory sont mis en examen pour "enlèvement et séquestration suivis de mort" de Grégory Villemin. "Il a estimé que cette décision s'avère nécessaire au regard de l'efficacité des investigations", indique Thierry Moser, l'avocat des parents du petit Grégory.

13h51 Le RC Toulon rétrogradé en PRO D2 ?
Il ne faut pas pour autant lui laisser les mains libres et permettre ainsi à n'importe qui d'entrer dans le capital. Sans oublier le torchon "qui brûle" entre la section amateur et professionnelle.

Le parquet général avait requis le maintien en détention de Marcel Jacob et de son épouse, Jacqueline.

Les deux époux ne retourneront pas chez eux dans les Vosges, mais seront placés dans deux logements différents à des adresses tenues secrètes dans le cadre de leur contrôle judiciaire.

Les gendarmes d'Indre-et-Loire l'accompagnent au bac — Nouzilly
Un souci auquel les représentants des forces de l'ordre ont décidé de remédier en le conduisant eux-mêmes au centre d'examen. Le jeune homme explique alors qu'il se rendait aux épreuves du baccalauréat .

Avec eux, l'accusation pense avoir identifié les fameux "corbeaux" et selon elle, "il y a un élément qui associe ces actes, ces lettres, les appels téléphoniques, l'acte d'enlèvement et la mort de l'enfant", plusieurs personnes ayant concouru à la réalisation du crime.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL