La grand tante mise en examen, le grand oncle — Affaire Grégory

Dominique Dufresne
Juin 17, 2017

Jeudi, le magistrat avait désigné Jacqueline Jacob comme un des "corbeaux " de l'affaire. Une belle-soeur du père de Grégory, Ginette Villemin, avait aussi été placée en garde à vue mercredi avant d'être remise en liberté le lendemain. Le logiciel a ainsi mis au jour de nouvelles incohérences, que les enquêteurs cherchent à comprendre.

Une myriade d'acteurs ont été considérés comme suspects dans une affaire s'étalant sur plusieurs décennies, nourrie par les rancœurs familiales. Marcel et Jacqueline Jacob ont tous les deux été écroués. Cette mise en examen intervient 32 ans après le meurtre du garçon de 4 ans retrouvé pieds et poings liés dans les eaux de la Vologne. Le lien entre les appels téléphoniques et les lettres est établi par la similitude entre le contenu des textes et des appels. Il n'y aucune preuve, répond Jean-Jacques Bosc, que ce ne soient pas eux qui les aient envoyés. Ce dernier, ouvrier sans diplôme devenu avec le temps contremaître dans l'usine automobile Autocoussin, est la cible de jalousie pour son poste de "chef".

La grand-mère, le corbeau?

De nouvelles expertises graphologiques ont permis d'attirer l'attention des gendarmes sur l'une de ces lettres de menace.

La grand-tante inculpée pour enlèvement et séquestration — Affaire Grégory
Une belle-sœur du père de Grégory, Ginette Villemin, placée en garde à vue en même temps qu'eux, a été remise en liberté jeudi. Marcel Jacob, 72 ans, était en mauvais termes avec le père de Grégory, dont il considérait l'ascension sociale illégitime.

Ces mises en examen interviennent alors que Marcel et Jacqueline Jacob "ont nié en l'état toute participation aux faits reprochés" et toute implication dans le meurtre de Grégory, a annoncé le procureur général de Dijon, Jean-Jacques Bosc en conférence de presse.

La suite de l'enquête devrait passer par de nouveaux interrogatoires.

Âgée de 72 ans, cette tante de Jean-Marie Villemin, père de l'enfant assassiné en 1984, a quitté le Palais de justice de Dijon sous escorte de plusieurs gendarmes qui l'ont fait monter dans une voiture, tandis que son époux Marcel Jacob, 71 ans, faisait encore face aux juges. "Tu n'es qu'un rampant qui n'a pas de poils sur la poitrine." .

Et selon la Justice, le couple n'a pas présenté d'alibi durant sa garde à vue. Rappelons que la fameuse lettre de revendication postée le jour du crime, a déjà attribuée par le passé à Bernard Laroche, puis à Christine Villemin, avant que les pistes ne soient abandonnées.

Académie de Montpellier : les chiffres du baccalauréat
Cette année, se sont en effet 718.890 candidats et candidates qui vont devoir plancher, soit une hausse de 3,34% par rapport aux effectifs de 2016.

Le 31 octobre 1984, 3 semaines après la découverte du corps, Bernard Laroche et son épouse Marie-Ange sont arrêtés et inculpés.

Ils ont aussi retrouvé des "notes" dans lesquelles Marcel Jacob dit ne pas être le meurtrier.

Monique Villemin, née Monique Jacob, a été entendue à son domicile ce mercredi, évitant la garde à vue en raison de son état de santé. C'est elle qui a élevé Bernard Laroche, sa propre mère ayant succombé à sa naissance. Retour en quinze dates-clés sur cette énigme criminelle doublée d'une faillite médiatique et judiciaire. "Elle a toujours affirmé qu'il n'en était rien." .

Le 27 octobre sur Nintendo Switch — Super Mario Odyssey
Des séries de ces figurines seront d'ailleurs lancées en parallèle du jeu: il s'agit des amiibo de Mario , Peach , Bowser , Koopa et Goomba.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL