La grand-tante inculpée pour enlèvement et séquestration — Affaire Grégory

Dominique Dufresne
Juin 17, 2017

Jacqueline Jacob, 85 ans, tante de Jean-Marie Villemin, père de l'enfant assassiné, a quitté le Palais de justice de Dijon escortée par plusieurs gendarmes avant de monter dans un véhicule, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les personnes ayant enlevé le petit Grégory assassiné il y a 32 ans sont "les auteurs du crime", a estimé vendredi le procureur général de Dijon, Jean-Jacques Bosc, après la mise en examen du couple Jacob pour enlèvement, séquestration suivie de mort.

"A l'évidence, Grégory a été enlevé du domicile de ses parents et retenu un certain temps jusqu'à sa mort", a encore assuré le magistrat, ajoutant que les personnes qui ont participé à cet enlèvement "sont les auteurs du crime". L'affaire a été relancée grâce notamment au logiciel d'analyse criminelle Anacrim, conçu et utilisé par la gendarmerie, qui a permis de porter "un regard neuf sur la procédure" en reconstituant la chronologie avant et après le crime et en pointant des incohérences.

Pour l'avocat de Jacqueline Jacob, Me Gary Lagardette, qui conteste lui aussi la mise en examen de sa cliente, "aucun élément nouveau n'a été présenté" et "la conférence du procureur général a été particulièrement floue".

Agression de Nathalie Kosciusko-Morizet sur un marché : une enquête ouverte
Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "violences volontaires" , confiée au 3e district de police judiciaire de Paris. Nathalie Kosciusko-Morizet est en ballottage défavorable au second tour face à un candidat REM.

" Nous ne savons pas en l'état du dossier très précisément de quelle façon est mort Grégory (.); il y a encore des zones d'ombre qu'on pourra peut-être éclaircir", a-t-il toutefois souligné.

12h00: La garde à vue de trois membres de la famille Villemin, interpellés mercredi dans les Vosges, se poursuivait jeudi à Dijon, après un minutieux travail de relecture et d'analyse du dossier de l'affaire Grégory, parmi les plus énigmatiques et emblématiques des années 1980.

Le procureur général a avancé le nom de Jacqueline Jacob pour une lettre de menaces, anonyme et manuscrite, envoyée en 1983 au père de Grégory. "Je ne comprends pas", a réagi l'avocat de Marcel Jacob, Me Stéphane Giuranna.

Le commandant des gendarmes qui mènent l'enquête a pour sa part expliqué ne pas pouvoir "promettre que nous allons déboucher". "Tout ce que l'on sait, c'est qu'une femme et un homme avec une moustache avaient fait des repérages" déclare l'avocat, qui reproche à la justice une inversion de la charge de la preuve. Jeudi, lors d'une conférence de presse, il avait désigné Jacqueline Jacob comme un des corbeaux de l'affaire.

Imbula, ça se confirme — Nice
Une nouvelle recrue au milieu pour les Aiglons, qui préparent la succession de Jean-Michaël Seri, partant. Et il est certain que l'ancien international Espoirs retrouverait du temps de jeu à l'Allianz Rivera.

Le corps du petit Grégory avait été retrouvé pieds et poings liés dans les eaux de la Vologne. Cette affaire, un cluedo familial géant est en train de livrer peu à peu ses vérités sur le terrible meurtre de Grégory dont le visage fait la une des journaux depuis des décennies. Il s'agit du grand-oncle et de la grand-tante de Grégory Villemin.

L'enquête démontre les relations délétères qu'entretenait le couple Jacob avec les parents du petit Grégory, Jean-Marie et Christine Villemin.

Une belle-sœur du père de Grégory, Ginette Villemin, placée en garde à vue en même temps qu'eux, a été remise en liberté jeudi.

Marcel Jacob, 72 ans, était en mauvais termes avec le père de Grégory, dont il considérait l'ascension sociale illégitime.

Amiens en ouverture, Marseille en octobre — Paris SG
Pour le " clasico ", le PSG se déplacera à Marseille le week-end du 21 octobre et recevra l'OM le week-end du 24 février.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL