Affaire Grégory : Deux membres de la famille inculpés pour séquestration

Tristan Gaume
Juin 17, 2017

"Nous ne savons pas en l'état du dossier très précisément de quelle façon est mort Grégory (.); il y a encore des zones d'ombre qu'on pourra peut-être éclaircir", a-t-il toutefois souligné. "Il fallait faire l'enquête avant d'arrêter" Marcel Jacob.

Tous deux avaient été placés en garde à vue mercredi par les gendarmes, après leur interpellation dans les Vosges.

Les enquêteurs sont convaincus que le couple a participé activement à l'enlèvement de Grégory qui s'est soldé par sa mort.

Marcel et Jacqueline Jacob nient toute participation — Affaire Grégory
Une belle-soeur du père de Grégory , Ginette Villemin, placée en garde à vue en même temps qu'eux, a été remise en liberté jeudi. Tous deux avaient été placés en garde à vue mercredi par les gendarmes, après leur interpellation dans les Vosges.

"A l'évidence, Grégory a été enlevé du domicile de ses parents et retenu un certain temps jusqu'à sa mort", a assuré le magistrat, ajoutant que les personnes qui ont participé à cet enlèvement "sont les auteurs du crime".

"Madame Thuriot, épouse Jacob, et Monsieur Jacob ont été mis en examen pour la qualification d'enlèvement et séquestration de l'enfant Grégory". Pas d'alibi. "Les deux mis en examen ont nié, en l'état, toute participation aux faits reprochés ", a précisé le procureur général de Dijon.

De nouvelles expertises sur une lettre manuscrite et anonyme ont orienté les soupçons vers Jacqueline Jacob. Dans cette missive revendiquant le meurtre et postée avant la découverte du corps de l'enfant, la justice a indiqué avoir trouvé "une similitude importante des termes" avec la lettre de 1983.

Free propose un forfait roaming 25Go/mois à 19,99 euros
Depuis l'Union Européenne , et les DOM utilisez votre forfait comme en France toute l'année et 35 jours par an depuis la Suisse, USA et Andorre.

"On n'a aucun élément matériel, rien" à leur encontre, "on a mis la charrue avant les bœufs", a réagi Me Stéphane Giuranna devant les médias, après la conférence de presse du procureur général de Dijon. Et donc tout cela forme " un lien indissociable " menant à " l'enlèvement de l'enfant.

Christine et Jean-Marie Villemin, les parents du petit Grégory, pleurent devant son cercueil lors de ses obsèques le 20 octobre 1984 à Lépanges-sur-Vologne.

Les soupçons se fondent notamment sur des rapprochements graphologiques ou lexicaux - la récurrence de l'expression "le chef" pour désigner Jean-Marie Villemin - dans une affaire qui regorge de lettres anonymes. Finalement entendue deux ans plus tard soit sept ans après les faits, elle s'était alors montrée particulièrement réticente à répondre aux questions. Le couple a également été incarcéré pour une durée de quatre jours maximum, à l'issue desquels la chambre d'instruction se prononcera sur un maintien en détention ou un contrôle judiciaire. Les expertises graphologiques menées à la fin des années 1980 l'avaient par ailleurs désignée comme un possible corbeau...

Admission post-bac: colère chez les étudiants
Les syndicats étudiants commencent à s'organiser pour aider les lycéens recalés de la plateforme d'orientation post-bac (APB). Le ministère a indiqué qu'ils obtiendraient finalement une place à l'issue de la deuxième vague de réponses, fin juin.

Marcel Jacob avait déjà été soupçonné d'avoir endossé le rôle du "corbeau" et la grand-mère, Monique Villemin, 85 ans, serait l'auteure d'une lettre de menaces datant de 1989, adressée au juge Maurice Simon, alors chargé de l'instruction et décédé depuis. "Ils n'étaient a priori pas disponibles à l'heure du crime mais l'éventualité d'une absence momentanée de leur lieu de travail ne saurait être exclue ", avaient considéré les enquêteurs de l'époque.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL