Iran : le président sortant Hassan Rohani réélu avec 57% des voix

Olivia Lacan
Mai 20, 2017

Le président iranien Hassan Rohani a été largement réélu pour quatre ans avec 57% des voix dès le premier tour, un feu vert pour la poursuite de sa politique d'ouverture au monde et de réformes. "Sur 25,9 millions de bulletins dépouillés, Rohani en obtient 14,6 millions et Raissi 10,1 millions", a déclaré M. Ahmadi lors d'une intervention sur Irib.

"Sur les quelque 41,2 millions de suffrages exprimés vendredi, Rohani en a obtenu 23,5 millions et a remporté l'élection", a annoncé samedi le ministre de l'Intérieur, Abdolreza Rahmanifazli, en direct à la télévision.

"La participation enthousiaste des Iraniens à l'élection renforce la puissance et la sécurité nationales", s'est félicité le président Rohani après avoir voté à Téhéran, baignée de soleil.

8 choses à retenir de l'annonce du nouveau gouvernement d'Edouard Philippe
Lire son portrait et le point sur les enjeux de son secrétariat d'Etat. Nicolas Hulot attirera de la même manière la lumière des projecteurs.

Dans une première réaction et avant même l'annonce des résultats complets, des dirigeants conservateurs ont reconnu la victoire de Rohani.

Outre la présidentielle, les 56,4 millions d'électeurs sont appelés à voter pour des élections municipales: l'enjeu dans les grandes villes de Téhéran, Machhad (nord-est) et Ispahan (centre) est un changement de la majorité conservatrice qui les dirige. "Les premiers décomptes montrent que M. Rohani est le vainqueur (.) et il faut le féliciter", a écrit sur le canal Telegram Alireza Zakani, ancien député conservateur qui avait activement participé à la campagne contre la réélection de Hassan Rohani.

Face à la forte affluence, l'ouverture des bureaux de vote a été prolongé de six heures, jusqu'à minuit (19h30 GMT). Deux petits candidats peu connus - un réformateur ayant appelé à voter Rohani, et un conservateur - sont aussi en lice.

Les candidats de La République en Marche sont connus
Macron au second tour de la présidentielle face à la patronne de l'extrême droite Marine Le Pen, "pour barrer la route au pire ". Gantzer, 37 ans, a été condisciple d'Emmanuel Macron à l'Ecole normale d'administration, une des écoles de l'élite française.

Si elle devait se confirmer, cette large victoire devrait permettre à ce religieux modéré de poursuivre sa politique d'ouverture au monde entamée par l'accord nucléaire historique avec les grandes puissances, conclu en juillet 2015 pendant son premier mandat.

Il a mis en avant les mauvais chiffres du chômage (12,5% de la population, 27% des jeunes) et accusé le gouvernement de n'avoir agi que pour "l'oligarchie".

Depuis 1989, les trois prédécesseurs de Hassan Rohani ont tous exercé deux mandats consécutifs. Le taux de participation tournerait autour de 70 %.

Emmanuel Macron présente sa méthode aux ministres — France
Mais les cinq nominations officielles concernent pour l'heure exclusivement des hommes, dont quatre énarques, comme M. Nathalie Kosciusko-Morizet, qui lorgne aussi sur la Défense, a rejoint les signataires, comme Jean-Louis Borloo.

Mais la méfiance entre Téhéran et Washington demeure et l'administration américaine a assorti cette mesure de nouvelles sanctions ciblées liées au programme de missiles balistiques de l'Iran.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL