Etats-Unis Qui souhaite la destitution de Trump ?

Dominique Dufresne
Mai 20, 2017

Le président américain Donald Trump est pris dans une tempête politique depuis qu'il a limogé le directeur du FBI James Comey, une décision selon lui sans lien avec l'enquête de la police fédérale sur une éventuelle collusion avec la Russie.

"Le travail des hommes et des femmes du FBI continue quels que soient les changements de circonstances, quelles que soient les décisions", a déclaré Andrew McCabe, ex-numéro deux, lors d'une audition au Sénat.

Trump a aussi admis pendant cet entretien qu'il avait demandé trois fois au désormais ex-directeur du FBI s'il était visé par une enquête, une intervention pouvant être interprétée comme une tentative d'interférence ou d'intimidation. Le patron du FBI a reçu hier, mardi 9 mai, une lettre de licenciement, signée par le président américain. "Le président ne lui faisait plus confiance depuis des mois".

Dans une interview filmée et diffusée sur NBC, le président américain a reconnu qu'il avait l'affaire avec la Russie en tête quand il a pris la décision de le limoger: "En fait quand je me suis décidé, je me suis dit: 'cette histoire avec la Russie, Trump et la Russie, c'est une invention'".

Mercato - OL : Klopp et Wenger prêts à en découdre pour Lacazette ?
C'est un club qui est dans le dernier carré de la Ligue des champions depuis plusieurs années." . Antoine Griezmann a encore eu des mots doux pour l'attaquant uruguayen du PSG Edinson Cavani .

La Maison-Blanche a semblé être prise de court devant l'intensité de la réaction au congédiement de M. Comey, puisque le directeur du FBI était devenu un paria chez les démocrates pour son rôle dans l'enquête sur Mme Clinton.

Officiellement, le président américain a congédié le patron du FBI pour sa gestion de l'affaire des courriels d'Hillary Clinton, comme il en a le droit, bien qu'il ait été nommé pour 10 ans par Barack Obama en 2013.

Et il aurait réclamé la semaine dernière des moyens supplémentaires pour l'enquête au ministère de la Justice, selon des médias. Plus tôt dans la journée, le FBI avait informé le Congrès d'incohérences dans le témoignage de Comey au sujet de l'enquête rouverte sur les emails privés d'Hillary Clinton. "J'ai le plus grand respect pour ses capacités considérables et son intégrité (.) Je peux aussi vous dire que le directeur Comey était largement soutenu au sein du FBI, et le reste encore aujourd'hui".

L'opposition démocrate réclame la nomination d'un procureur spécial pour superviser l'enquête, ce que la Maison Blanche a jugé " pas nécessaire ".

François Hollande clôture son mandat avec un couscous tunisien
Au cours de cet échange confidentiel, le président sortant a livré quelques secrets d'Etat , dont les codes nucléaires. Une cérémonie qui se conclura par l'investiture officielle du nouveau chef de l'État français.

Si de nombreux républicains soutiennent le président, plusieurs ténors ont exprimé leur embarras ou mécontentement, notamment John McCain ou le chef de la commission du Renseignement du Sénat, Richard Burr.

"Ce n'est pas dans la tradition politique américaine", a-t-il assuré, en comparant la décision de Donald Trump à celle du président Richard Nixon qui, le 20 octobre 1973, avait sèchement viré Archibald Cox, le procureur spécial chargé d'enquêter sur l'espionnage politique du Parti démocrate à l'intérieur de l'immeuble du Watergate à Washington.

Quelle que soit la personnalité choisie, le successeur de James Comey devra gérer la suite de cette enquête ultra-sensible sur la nature exacte des liens entre certains proches de Trump et le pouvoir russe. M. Flynn n'avait pas obtempéré à une demande précédente. "Le président Trump a clairement dit son intérêt à mettre en place des relations de travail pragmatiques et mutuellement bénéfiques" avec la Russie, s'est félicité Sergueï Lavrov.

Le directeur par intérim du FBI a cherché à rassurer le Congrès jeudi sur l'indépendance de l'enquête sur les ingérences russes durant la campagne électorale, deux jours après le limogeage soudain par Donald Trump de l'ancien directeur, James Comey.

Tennis: avec Thiem et Zverev, les jeunes prennent le pouvoir à Rome
Thiem a réalisé le match parfait face à Nadal en étant proche de sa ligne et en étant agressif du début à la fin. L'Autrichien affrontera Novak Djokovic ou Juan Martin Del Potro en demi-finale.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL