Donald Trump ordonne une "campagne d'annihilation" des djihadistes en Irak et Syrie

Dominique Dufresne
Mai 20, 2017

La Syrie et la Russie ont vivement condamné le bombardement américain, Damas assurant qu'elle ne se laissera pas "intimider".

"La coalition a frappé des forces pro-régime (.) qui posaient une menace pour des forces américaines et des forces alliées (syriennes) à At Tanf" près de la frontière jordanienne, a déclaré le colonel Ryan Dillon, un porte-parole militaire de la coalition en Irak.

Les victimes sont "pour la plupart non syriennes", a ajouté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche des rebelles. Les Etats-Unis et la coalition ne bombardent pas les forces liées au régime syrien, à l'exception du bombardement de la base aérienne syrienne d'Al-Shayrat au début avril, décidée par le président Donald Trump après une attaque chimique imputée au régime.

Une voiture fonce dans la foule à Times Square: un mort
L'ambassadeur de France à Washington Gérard Araud a indiqué qu'il n'y avait pas de Français parmi les victimes. La voiture a terminé sa course après avoir percuté un poteau de signalisation et a pris feu.

Selon M. Mattis, "il semble que les Russes", autres alliés du régime syrien, "aient tenté de dissuader" le convoi bombardé de s'approcher d'Al-Tanaf, mais sans succès. Alors que le "califat" autoproclamé par les terroristes du groupe État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie se réduit en peau de chagrin, tous les protagonistes essaient de s'emparer des dépouilles. La coalition internationale conduite par les Etats-Unis s'y trouve avec des rebelles formés principalement en Jordanie et qui lui sont affidés.

Il s'agit pour ces rebelles de tenter de remonter vers le point-frontière de Boukamal, tenu par l'EI.

Le régime, les rebelles et l'EI se partagent le contrôle de la province centrale de Hama. La semaine dernière, elle a ainsi bombardé des combattants du groupe sunnite extrémiste, qui venaient de remettre la ville et le barrage de Tabqa aux forces soutenues par la coalition menée par les Etats-Unis, les forces démocratiques syriennes (FDS).

Tennis: avec Thiem et Zverev, les jeunes prennent le pouvoir à Rome
Thiem a réalisé le match parfait face à Nadal en étant proche de sa ligne et en étant agressif du début à la fin. L'Autrichien affrontera Novak Djokovic ou Juan Martin Del Potro en demi-finale.

Dans un communiqué, le Centcom précise que "la coalition opère dans la région d'al-Tanaf depuis des mois où elle entraîne et conseille des forces engagées dans le combat contre l'EI".

" Quelle que soit la raison ayant motivé la décision du commandement des États-Unis d'effectuer un tel bombardement, il est illégitime, illégal et il s'agit d'une nouvelle grave violation de la souveraineté de la Syrie", a déclaré le chef de la diplomatie russe, cité par l'agence de presse Interfax lors d'une conférence de presse à Nicosie.

Ce bombardement risque d'avoir un impact négatif sur les "efforts de ceux qui luttent réellement +sur le sol+ et dans les airs contre les terroristes de l'EI et de l'ancien Front al-Nosra", a-t-il affirmé.

Féminines : l'OL s'offre également le Coupe de France
Les coéquipières d'Eve Perisset ont souffert durant 45 minutes, sans encaisser de but malgré deux énormes occasions (54e, 62e). Les Lyonnaises affichent un déchet technique peu habituel surtout à ce niveau de la compétition.

Il a ajouté qu'à sa connaissance, la Russie n'avait pas été prévenue des frappes de la coalition. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL