Voici à quoi a ressemblé le premier conseil des ministres — Macron-Philippe

Elisee Touchard
Mai 19, 2017

Que s'est-il dit durant le premier Conseil des ministres du quinquennat d'Emmanuel Macron, ce jeudi?

C'était, pour beaucoup d'entre eux, leur tout premier conseil des ministres.

Il est " évidemment bâti pour durer " au-delà des législatives, a assuré Édouard M. Philippe jeudi sur France Inter.

Gouvernement: Collomb, Hulot, Bayrou, trois ministres d'Etat
Le chef du gouvernement et les trois ministres d'Etat, Gérard Collomb, Nicolas Hulot et François Bayrou sont tous des hommes. Emmanuel Macron a promis pendant la campagne des ministres appelés à durer, mais tout le monde n'est pas encore convaincu.

A ses ministres et secrétaires d'Etat, Emmanuel Macron a lancé: "Une invitation: ne changez pas!"

'Le long terme est à l'Elysée, les arbitrages quotidiens ou de moyen terme sont faits à Matignon', a ajouté Emmanuel Macron à l'adresse de son gouvernement. Chacun, a-t-il relevé, "a des parcours différents, des opinions différentes, des analyses qui peuvent être différentes mais, en même temps, quand une chose est tranchée dans le cadre de la collégialité, elle doit devenir la règle et elle appelle la solidarité collective".

Elle suivra " la ligne sur laquelle le président " a été élu, a affirmé jeudi le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, un proche de la première heure d'Emmanuel Macron, interrogé sur d'éventuelles divergences entre le sommet de l'État et le gouvernement. À ce sujet, Christophe Castaner a assuré que le nouveau ministre appliquerait la feuille de route du président de la République. "Les ministres sont des militants de la majorité présidentielle, ils ne sont plus les militants de tel ou tel parti politique", a-t-il insisté.

Deschamps a trouvé "pitoyable" une réaction de Benzema sur les réseaux sociaux
J'ai un groupe avec un équilibre , une harmonie , une dynamique qui s'est créée dans cette équipe de France, et autour aussi. Avant chaque liste je prends le temps d'analyser, de réfléchir, je discute longuement avec mon staff et je choisis.

Dans l'immédiat, Emmanuel Macron se rendra vendredi sur la base de Gao au Mali, sa première visite pour saluer les troupes françaises, pour un aller-retour dans la journée. Le chef du gouvernement entend "bien sûr " s'impliquer dans cette bataille électorale pour "donner au président de la République la majorité dont il a besoin ", a-t-il déclaré.

Au dernier rang, de gauche à droite: Mounir Mahjoubi (secrétaire d'État chargé du numérique), Marlène Schiappa (secrétaire d'État chargée de l'égalité des femmes et des hommes), Christophe Castaner (secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement), Sophie Cluzel (secrétaire d'État chargée de personnes handicapées).

Christophe Castaner a répondu aux questions des journalistes, qui n'ont pas pu, exceptionnellement, interpeller les ministres à la sortie de leur réunion, tenus à l'écart de la cour de l'Elysée, contrairement aux photographes, pour qui les membres du gouvernement ont longuement posé.

Manuel Valls veut l'étiquette majorité présidentielle, En Marche traîne des pieds
Manuel Valls appelle le PS à donner "une majorité large et cohérente à Emmanuel Macron pour qu'il puisse gouverner". Bref, si Manuel Valls s'attendait à des cris de joie et une foule en délire suite à son annonce, c'est loupé.

Les deux têtes de l'exécutif présenteront prochainement une "circulaire sur la place des cabinets" ministériels, a ajouté Christophe Castaner, soulignant "qu'il n'appartenait pas aux directeurs de cabinet de se substituer aux directeurs d'administrations centrales". Un cliché uniquement avec les femmes du gouvernement, en compagnie du Premier ministre Edouard Philippe et du Président Emmanuel Macron, a aussi été pris. Quelques jours après son arrivée Emmanuel Macron obtient la confiance de 45 % des Français.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL