Royaume-Uni : ses parents gagnent à la loterie, il les attaque en justice pour avoir plus d'argent

Dominique Dufresne
Mai 19, 2017

Ces derniers ont gagné une grosse somme d'argent à l'Euromillions en 2011, et malgré un don de 1,8 million d'euros, leur fils exige d'avoir plus d'argent. Mais ce couple d'anglais, vivant à Wisbech, n'aurait certainement pas imaginé que leur fils, devenu flambeur, les attaquerait en justice. Dave et sa femme offrent 1,8 million d'euros à leur fils Michael, afin de subvenir à ses besoins. Celui qui était officier dans la marine décide d'arrêter de travailler et de profiter de la somme avec son compagnon.

Nouveau scandale, Trump aurait demandé au FBI d'arrêter une enquête — Etats-Unis
Mais la plupart des élus savent que le témoignage de James Comey sera déterminant pour l'avenir de la présidence Trump. Le problème, c'est que, pour l'instant, l'enquête n'est pas assez avancée pour savoir exactement.

De retour de mission d'Afghanistan, il s'installe avec son compagnon et se lance dans des dépenses somptuaires: villa à 500 000 €, cadeaux aux proches de son compagnon pour un montant de 250 000 €. Le couple pouvait dépenser plus de 30.000 euros par mois. Le garçon, qui estime devoir " être subventionné à vie " par ses parents, vient de porter plainte contre eux. Chargé du dossier, le juge Nigel Gerald a déclaré dans des propos relayés par la BBC que Michael "avait les fonds nécessaires pour avoir une vie confortable", mais se comportait comme un "enfant gâté" qui s'attendait à ce que son père lui renfloue le compte en banque. C'est donc sans surprise que le juge a rendu son verdict: les parents n'auront pas à donner plus d'argent à leur fils.

Un scrutin pour ou contre Rohani et l'ouverture — Présidentielle en Iran
En revanche, Moshen, 32 ans, qui travaille dans le secteur culturel, a choisi M. Raissi car "notre pays est entouré d'ennemis". Les bureaux ont ouvert à 3h30 GMT.

Joe Lieberman favori pour succéder à Comey au FBI, dit Trump
Sa désignation a été saluée par des parlementaires de l'opposition démocrate et des élus de la majorité républicaine. Prié par la presse de dire si c'était l'un de ses favoris, le président Trump a succinctement répondu d'un "oui".

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL