Quand des femmes sont exclues d'un quartier de Paris — Chapelle-Pajol

Tristan Gaume
Mai 19, 2017

Devant la situation, les femmes du quartier ont lancé une pétition, " Les femmes, une espèce en voie de disparition au c?ur de Paris", pour demander de " faire enfin respecter lois et règlement dans les endroits où se fixent les trafiquants, de diligenter des enquêtes sur les filières et de renforcer le nombre de moyens policiers affectés au secteur ". Au fil des lignes, elles racontent ces groupes d'une dizaine d'hommes, "vendeurs à la sauvette, dealeurs, migrants et passeurs qui harcèlent les femmes".

Latvala passe devant après l'ES3 — Rallye du Portugal
La première "grosse" journée attaque ce vendredi, avec 8 spéciales chronométrées. Il était 7e après la 4e spéciale à 10.3 secondes de Latvala.

Depuis plus d'un an, les habitantes de La Chapelle-Pajol (10 et 18e arrondissements) n'osent plus se promener librement dans les rues.

Jour J pour un gouvernement de rupture, le premier du quinquennat
Premier ministre de François Hollande, il a souhaité lundi 15 mai 2017 " la bienvenue " à Édouard Philippe. Pour rappel, Jacques Chirac avait été élu avec plus de 80% des voix face à Jean-Marie Le Pen.

Pour les jeunes filles, il est désormais hors de question de porter des jupes ou des jeans près du corps, sous peine de se faire insulter, ou agresser. Le vrai problème, ce ne sont pas les harceleursLa maire de Paris a répondu ce soir au reportage du "Parisien" par une série de tweets. Les témoignages recueillis par Le Parisien évoquent des injures et des agressions. "Certaines ont même renoncé à sortir de chez elle", explique cette habitante du quartier de longue date.

La République en marche va dévoiler une liste de 450 candidats — Législatives
Il a tout de même précisé qu'au " nom du rassemblement ", aucun candidat de REM ne se présenterait contre Manuel Valls à Evry. S'ils sont élus, ils devront ainsi siéger dans le groupe parlementaire La République en marche à l'exception de tout autre.

Le Parisien raconte que les trottoirs, les bars, les cafés et les restaurants de ce quartier sont monopolisés par les hommes depuis plus d'un an maintenant. L'ambiance est angoissante." Une autre riveraine, Aurélie, qui y vit depuis quinze ans, ajoute: " Le simple fait de circuler est devenu problématique. Le café, en bas de chez moi, un bistrot autrefois sympa, s'est transformé en repaire exclusivement masculin et en permanence bondé: j'ai droit à mon lot de remarques lorsque je passe devant, d'autant plus qu'ils boivent énormément: il y a quelques jours, le simple fait de me mettre à ma fenêtre a déclenché un flot d'injures, et j'ai dû m'enfermer dans mon appartement. "Deux d'entre eux ont sorti des couteaux pour me menacer". Leurs observations seront ensuite transmises aux pouvoirs publics, dans l'espoir que la situation s'améliore.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL