Le renseignement divulgué par Trump aux Russes vient d'Israël

Elisee Touchard
Mai 19, 2017

Selon le Washington Post et d'autres médias, M. Trump a dévoilé la semaine passée à des responsables russes reçus à la Maison Blanche, des informations hautement classifiées et provenant d'un partenaire des Etats-Unis sur un projet de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI) de piéger des ordinateurs portables susceptibles d'exploser à bord d'un avion.

Le président américain Donald Trump prépare son premier voyage au Proche-Orient où il se rend dès le week-end prochain, mais personne n'arrive à vraiment comprendre ses intentions.

Donald Trump ne prévoit pas durant sa visite en Israël d'évoquer la possibilité d'un transfert à Jérusalem de l'ambassade des Etats-Unis actuellement à Tel Aviv, a-t-on appris de source autorisée mercredi à Washington.

Le nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Israël, David Friedman, dont la désignation a été vivement contestée, a débarqué ce lundi à Tel-Aviv, a confirmé le ministère israélien des Affaires étrangères.

Une nouvelle cyberattaque, bien plus vicieuse que WannaCry — Adylkuzz
Les utilisateurs doivent donc observer des principes de précaution à respecter, comme ne pas ouvrir des e-mails dont la provenance est inconnue.

En Israël, les commentateurs s'alarment du coup qui serait porté à la confiance mutuelle entre deux pays dont la coopération dans le renseignement passe pour s'être renforcée ces dernières années.

Ils soulignaient le risque que de telles informations se retrouvent entre les mains de l'Iran et de son allié, le Hezbollah, qui, comme la Russie, soutiennent le régime syrien. Ils évoquaient le danger que des méthodes ou des sources soient compromises et que des informations passent de la Russie à l'Iran ou au Hezbollah libanais, deux ennemis d'Israël. Israël s'inquiète que l'Iran et le Hezbollah n'ouvrent une nouvelle ligne de front anti-israélienne en Syrie. Le groupe terroriste avait revendiqué en 2015 l'exécution d'un Arabe israélien accusé d'espionner pour le Mossad, les services secrets israéliens.

Les responsables israéliens ont adopté un profil très bas devant ces informations qui lient le nom de leur pays au scandale, moins d'une semaine avant la venue du président américain attendu lundi.

En janvier déjà, avant l'investiture de M. Trump, le Yedioth avait rapporté que des membres du renseignement américain avaient conseillé à leurs collègues israéliens de se montrer prudents dans la transmission d'informations à la future administration américaine.

Emmanuel Macron entame son mandat sous le signe de la solennité — France
L'ambassadeur de France en Allemagne, Philippe Étienne, devient conseiller diplomatique. Le tout sous haute sécurité: près de 1.500 policiers et gendarmes sont mobilisés.

Les relations entre Israël et l'administration Trump se sont crispées de manière brusque et inattendue peu avant la visite du président américain, autour de sujets chargés de symboles comme le mur des Lamentations et la situation de l'ambassade des Etats-Unis.

Il rencontrera des fonctionnaires au bureau du Premier ministre à Jérusalem, ainsi que le secrétaire général de l'OLP, Saeb Erekat, et le chef du renseignement palestinien, Majid Faraj à Ramallah.

Dimanche, le Premier ministre israélien devrait soumettre au vote, au sein de son cabinet de sécurité, un ensemble de mesures sociales et économiques qu'il souhaite être appliquées par Israël en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Face au tollé, Trump défend ses confidences à Moscou
Donald Trump a reçu mercredi dans le Bureau ovale le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et l'ambassadeur russe à Washington Sergueï Kisliak.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL