La riposte s'organise — Cyberattaque mondiale

Felicite Anouilh
Mai 19, 2017

THE GUARDIAN, repéré par le Courrier International, rappelle ainsi qu'en décembre 2016, déjà, un rapport montrait que presque tous les établissements du Ministère britannique de la Santé utilisaient une version obsolète du logiciel Windows, qui ne bénéficiait plus des mises à jour de sécurité.

L'attaque montre aussi la posture délicate de Microsoft, quand l'éditeur a annoncé la fin des mises à jour, y compris de sécurité, concernant ses anciens systèmes d'exploitation, Windows XP en l'occurence.

Et de rappeler que Microsoft a appelé en février dernier à la création d'une "convention de Genève numérique".

"Le logiciel de rançon exploite une faille de sécurité dans le système d'exploitation Windosw XP, Windows et Windows Server 2003". Outre l'usine Novo Mesto de Renault en Slovénie qui a été arrêtée, on note également que des gares allemandes ont été touchées (notamment au niveau de leurs systèmes d'affichage) ou - plus inquiétant - que des hôpitaux britanniques du service public ont été forcés d'éteindre complètement leurs systèmes informatiques, ce qui a potentiellement pu mettre en danger la vie de certains patients. Mais les hackers ont profité de la vulnérabilité de leurs cibles qui n'avaient pas encore effectué leurs mises à jour. Microsoft n'a pas précisé à l'AFP à quel moment il avait rendu l'outil gratuit.

Une maman paniquée découvre les dangers du Hand Spinner
Elle a immédiatement tenté la méthode de Heimlich, mais elle ne sentait aucune résistance. Sa mère a immédiatement arrêté son véhicule en bordure de la route.

En quoi cette attaque de ransomware est-elle différente?

Les utilisateurs ayant des PC sous Windows sont donc invités à vérifier les mises à jour de leurs machines pour s'assurer d'avoir les derniers correctifs en date.

Microsoft de son côté a averti les gouvernements dimanche contre la tentation de cacher des failles informatiques qu'ils auraient repérées, comme cela a été fait dans le cas de cette attaque, où la brèche dans le système Windows utilisée par les pirates avait été décelée depuis longtemps par la NSA (L'agence de sécurité nationale américaine) avant de tomber dans le domaine public via des documents piratés au sein de la NSA elle-même.

"A ce stade, nous n'avons pas d'élément permettant de penser qu'il y a eu accès à des données de patients", a voulu rassurer la direction du NHS. "Et cette récente attaque témoigne, de manière involontaire mais déconcertante, du lien qui existe entre les deux principales formes de menaces sur la cybersécurité, les actions conduites par des gouvernements et celles des organisations criminelles ". Par contre depuis hier une "méga cyber-attaque" touche énormément de monde au point même qu'on en a parlé ce midi au journal de 13h!

Nashville s'incline à domicile et voit Anaheim revenir à 2-2
Forsberg a ensuite surpris le gardien John Gibson en acceptant une remise de Viktor Arvidsson à partir de l'arrière du filet. La franchise californienne a passé l'épaule après 10'25" de jeu en "overtime", sur un centre-tir de Corey Perry que P.K.

Qui est derrière ces attaques?

M Rudd a ajouté que les autorités continuaient à tenter d'identifier les auteurs de l'attaque avant de présider une réunion interministérielle de crise.

07h13: Selon Kaspersky Lab, société russe spécialisée dans la sécurité informatique, le logiciel malveillant a été publié en avril par le groupe de pirates Shadow Brokers, qui affirmait avoir découvert cette faille. En l'occurrence, les pirates de WannaCrypt exigeaient ainsi un paiement de 300 dollars par machine contaminée.Le virus s'est propagée à l'aide d'une campagne de hameçonnage, ou phishing.

Quant aux pertes financières liées à cette attaque informatique de masse, les experts sont divisés. D'après Edward Snowden, ex-employé de l'Agence nationale de la sécurité américaine, l'attaque informatique de portée mondiale aurait été perpétrée à l'aide d'un virus informatique initialement développé par la NSA.

France: le nouveau ministre de l'Écologie confirme une réduction du nucléaire
Le nouveau président de la République lui a fait cette fois une offre qu'il ne pouvait pas refuser. Nicolas Hulot est intervenu, en 2014, devant le Congrès de l'AMF (lien ci-dessous).

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL